Culture
17:02 30 juillet 2012 | mise à jour le: 30 juillet 2012 à 17:02 temps de lecture: 2 minutes

Louis Martineau en hommage aux crooners

En 1978, Elvis vient de décéder. La demande est forte d’enfiler ses favoris. Louis Martineau a l’oreille musicale et le goût de tenter sa chance comme interprète.

Talent et moment opportun (timing) : ces ingrédients reviendront souvent au cours de cette rencontre de quelque deux heures avec le chanteur-crooner, qui a depuis raccourci ses favoris pour adopter un répertoire plus large, d’Humperdinck à Sinatra. Entre deux phrases enflammées de l’artiste, Sara Pageau, conjointe et agente, glisse le troisième ingrédient : la passion.

De la passion, il en faut pour continuer à faire ce que l’on aime en dépit des difficultés. Un récent séjour en Floride ainsi écourté en raison de la crise économique. Puis, en Colombie-Britannique, une réception tiède pour les airs de Dean Martin et Louis Armstrong. Voilà donc Louis Martineau de retour à Beauport après trois ans d’absence, surpris mais heureux de retrouver la capitale en pleine ébullition, confiant que ses ambitions profiteront de cette nouvelle effervescence. Le fameux timing.

De Las Vegas à Niagara Falls, ses performances devant un public conquis l’ont convaincu qu’il y a une forte demande pour le rétro – « plus forte qu’on le pense » – mais, à Québec, aucun lieu n’est dédié à cette musique depuis la disparation des cabarets. Il prévoit d’ailleurs frapper à la porte des producteurs : « Ce que je voudrais créer éventuellement, c’est un beau spectacle avec costumes, mise en scène, orchestration, dans une salle comme le Capitole ou le Palais Montcalm. » Dans l’intervalle, il ajoutera bientôt un treizième album à sa discographie, et travaille à un spectacle qui pourrait animer restaurants, brunchs, événements de gens d’affaires, activités d’organismes à but non lucratif, levées de fonds… « Je veux réveiller les gens, les faire bouger, danser » sur les grands succès qu’ils – incluant les jeunes – affectionnent. Il espère ainsi pouvoir faire « goûter Elvis » et autres crooners dès l’automne, si la demande est au rendez-vous. Avis aux intéressés.

Pour plus d’informations : http://www.louismartineau.com

Beauport Express, membre du Groupe Québec Hebdo

Articles similaires

Commentaires 0

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *