Culture
15:30 15 octobre 2015 | mise à jour le: 15 octobre 2015 à 15:30 Temps de lecture: 3 minutes

Miss Harvey, cyberathlète à temps plein

JEUX VIDÉO. Dans son domaine, elle est une véritable vedette. Championne de haut niveau, elle s’entraîne de nombreuses heures par semaine. La prochaine année, elle la consacrera entièrement à sa discipline, qu’elle considère comme un travail à temps plein. Bienvenue dans le monde de Stéphanie Harvey alias Miss Harvey, une cyberathlète originaire de Beauport pour qui les jeux vidéo ont été élevés au rang d’art, qui est en vedette dans le documentaire Gamers: au-delà du jeu.

Réalisé par Jean-Philippe Brochu qui signe sa première œuvre solo pour un long métrage documentaire, Gamers présente un côté méconnu du monde du jeu vidéo. Depuis quelques années, une nouvelle génération de joueurs se défie dans des compétitions de plus en plus importantes et populaires. Certaines compétitions s’inspirent des Jeux olympiques, où des milliers de joueurs s’affrontent pour représenter leurs pays. Le documentaire suit trois joueurs, dont Stéphanie. À 29 ans la Beauportoise qui vit à Montréal depuis quelques années a remporté la Coupe du Monde des Jeux vidéo à plusieurs reprises. Sa discipline: Counter Strike; son équipe: Ubinited.

«J’ai toujours été un peu intense dans toutes les activités que je faisais. Faut toujours que je sois la meilleure, que je réussisse. Vouloir être la meilleure dans quelque chose, c’est sûr que ça te donne la motivation», lance la jolie blonde d’entrée de jeu dans le documentaire. Voilà qui montre l’ampleur de son investissement personnel dans le monde du jeu.

Celle qui, du plus loin qu’elle se souvienne, a toujours joué aux jeux vidéo, a découvert Counter Strike par le biais d’un garçon duquel elle voulait se rapprocher. On comprend qu’elle a rapidement largué le copain au profit du jeu.

«Je joue depuis 2003, mais c’est devenu plus sérieux quand j’ai commencé à jouer compétitif. Comme pour n’importe quel sport, on commence dans les ligues mineures, on monte tranquillement», explique Stéphanie. Sauf qu’après toutes ces années, elle a encore envie de jouer au même jeu? «Oui! Ce que j’aime, c’est que c’est extrêmement compétitif et très balancé. Ça demande beaucoup de stratégie, de pratique, de travail d’équipe. C’est encore un des meilleurs jeux sur le marché même après 13 ans.»

Prochain niveau

Depuis le tournage du documentaire en 2013, Stéphanie Harvey a poursuivi son chemin dans le monde du jeu vidéo. «Ça évolue quand même rapidement et ça a déjà beaucoup changé par rapport à ce qu’on voit. Mes compétitions sont encore plus grosses, ma réflexion a évolué», avance-t-elle.

Cette réflexion l’a amenée à se lancer à temps plein dans le gaming, sauf que le temps plein pour elle ressemble plus à 80 heures par semaine qu’à 40. Parce que comme dans le sport, c’est l’entraînement et la pratique qui amènent la perfection, la jeune femme en est persuadée.

Quant au documentaire qui la met en vedette, Stéphanie Harvey ne l’a pas encore regardé. «Je n’aime pas me voir. Mais mes parents ont été interviewés aussi, je vais peut-être le regarder pour eux», termine la joueuse.

Pour suivre Stéphanie Harvey: @missharvey sur Twitter.

Québec Hebdo

Articles similaires

Commentaires 0

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *