Culture
20:00 25 août 2014 | mise à jour le: 25 août 2014 à 20:00 Temps de lecture: 2 minutes

10 ans à parer les corps différemment

ATELIER LE FORESTIER. Philippe Dalois en était à son quatrième Salon des métiers d’art de Québec, Plein Art, du 29 juillet au 10 août dernier, avec l’Atelier Le Forestier. L’homme qui conjugue arts et bois le fait maintenant dans un immense atelier, annexé à sa demeure de Beauport. Rencontre avec un artiste qui ne fait pas dans «le grano ou le hippie», comme le dit-il.

Philippe Dalois est à Beauport depuis trois ans, pour pouvoir travailler près de sa maison et se mettre à son métier de créateur de bijoux à temps plein. «Les bijoux, ce n’était pas un objectif au départ, c’était plus de travailler le bois qui m’intéressait, mais le manque de fibre artistique et le milieu m’intéressait un peu moins plus industriel, pas assez artisanal», précise-t-il.

Autodidacte, son père lui a montré à travailler le bois, mais à commencer par faire ses meubles et ses bijoux par la suite… qui ne sont pas pour les marginaux. «Les bijoux en bois sont souvent associés à un mouvement grano ou hippie, mais je ne pense pas du tout que c’est ça quand je regarde ce que je fais; c’est beaucoup plus contemporain que l’imaginaire des gens.»

Dalois a pu vendre ses créations –qui varient de 20$ pour une bague et 100$ pour un collier- au dernier Salon des métiers d’art de Québec. «Plein Art est le plus gros salon en envergure à Québec. On a le temps de discuter avec les gens, et à Plein Art, c’est une bonne source de revenus, on fait une bonne fraction de nos chiffres d’affaires de l’année», précise-t-il, dans ce salon de 13 jours.

Ses plus grands vendeurs sont les boucles d’oreilles, des bracelets et des bagues. Le point de vente principal est la boutique des Métiers d’Art du Québec.

Beauport Express, membre de Québec Hebdo

Articles similaires

Commentaires 0

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *