Culture
20:44 22 juillet 2013 | mise à jour le: 22 juillet 2013 à 20:44 temps de lecture: 3 minutes

Une autre bonne cuvée pour le Festival Beauport en Blues

Le Festival Beauport en Blues proposait beaucoup de premières fois pour sa neuvième édition en plein air: premier passage au Canada du guitariste californien Jake Nielsen, première performance en terre québécoise de Nora Jean, première présentation du Gala du Lys Blues dans le cadre du festival… Autant de premières qui, avec le reste de la programmation relevée, ont eu le dessus sur la météo capricieuse.

Le directeur musical du festival, Éric Morin, a ainsi dressé un bilan positif de l’événement, qui se déroulait du 18 au 20 juillet. Avec, comme objectif principal, de réussir à remplir le site naturel de l’agora de la Maison Girardin tous les soirs, lequel peut contenir jusqu’à 5000 personnes, il considère que le pari a été relevé cette année encore.

Mettant en vedette Brian Tyler et un groupe hommage à Stevie Ray Vaughan, le festival a commencé en force en attirant quelque 4000 personnes. Le lendemain, les fortes pluies ont forcé les organisateurs à déplacer la scène du côté du Centre de loisirs Monseigneur-De Laval. En raison des capacités réduites de la salle, ils n’ont pu être que 600 personnes à assister aux spectacles de Colin White et de Nora Jean.

Si les spectacles du samedi après-midi ont dû composer avec des averses dispersées, les artistes prévus en soirée, dont Jake Nielsen, auront été plus chanceux. Comme supplément à la programmation, la onzième édition du Gala du Lys Blues figurait à l’horaire du 21 juillet. Au Centre de loisirs Monseigneur-De Laval, on y attendait l’harmoniciste Guy Bélanger, le guitariste Steve Hill et le JD Slim Band.

École de musique Troubadour

Aux côtés de ces gros noms du blues, les élèves de l’École de musique Troubadour ont tiré leur épingle du jeu en proposant une brochette des classiques du genre comme Hit the road Jack et Satisfaction. Cette institution de Charlesbourg offre depuis deux ans aux participants de son camp estival blues-rock de monter sur la scène du Festival Beauport en Blues. Guitare ou basse à la main pour certains, rivés à leur clavier ou leur batterie pour d’autres, les 12 adolescents ont fait la démonstration qu’ils maîtrisaient les pièces apprises tout juste quelques jours auparavant. Il faut dire que plus de la moitié d’entre eux n’en était pas à leur première immersion à l’école de musique qui, outre ce camp musical pour les jeunes, programme une panoplie de cours pour tous à l’année.

Ainsi, peut-être les reverra-t-on lors de la dixième édition, pour laquelle le directeur musical souhaite «faire revenir les meilleurs de chaque année. On travaille là-dessus depuis un an», a-t-il conclu en espérant que les partenaires et le public seront au rendez-vous.

Membre du Groupe Québec Hebdo

Articles similaires

Commentaires 0

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *