Culture
18:52 23 février 2016 | mise à jour le: 23 février 2016 à 18:52 temps de lecture: 3 minutes

De Limoilou à l’émission Virtuose

MUSIQUE. Lors de la sixième semaine de l’émission musicale Virtuose diffusée à la mi-février sur les ondes de Radio-Canada, les téléspectateurs ont pu voir la performance du jeune bassoniste de Limoilou, Thomas Roy-Rochette. Une formidable expérience selon le musicien qui aura bientôt 18 ans.

«Ça s’est très bien passé, j’étais bien préparé alors j’étais très peu stressé. C’est une fierté de passer à la télé et ça m’a fait vivre toute une expérience musicale et professionnelle», explique celui qui pratique le basson depuis un peu plus de cinq ans. Pour sa prestation, Thomas a joué une sonate de Camille Saint-Saëns. «J’ai proposé trois choix et ils ont choisi celle-là parce qu’elle allait bien avec le cadre télévisuel.»

Le concept de l’émission est que quatre musiciens effectuent une performance musicale avec ou sans Grégory Charles, selon les situations. «Dans mon cas, j’ai joué avec Gregory. Ça s’est bien déroulé, car nous avions pratiqué ensemble.»

Après leur performance, les virtuoses reçoivent une note donnée par Marc Hervieux combinée avec les commentaires du public. «Marc a 50% de la note et le public a le reste. Il a dit qu’il voulait chanter avec moi et que j’avais une très belle musicalité. La note qu’on reçoit nous donne aussi un rang parmi toute la cohorte qui comporte 24 musiciens. Les 12 premiers passent à l’étape suivante.»

Comme la saison de Virtuose n’est pas encore terminée, Thomas ne peut dévoiler le résultat final, mais peut toutefois affirmer qu’il a passé la première étape et que son parcours se poursuit en demi-finale.

Pourquoi le basson?

À l’âge de 5 ans, Thomas est tout de suite attiré vers la musique. «Je voulais commencer un instrument de musique. Je me suis mis au piano en suivant des cours, ce que je fais toujours. Au secondaire, j’allais à l’École secondaire Jean-de-Brébeuf et je me suis mis au basson. J’ai choisi cet instrument, car il est unique. Il y a peu de personnes qui en jouent. C’est bien d’être unique dans la vie», raconte-t-il.

Par la suite, il a décidé de faire deux diplômes d’études collégiales (DEC) en simultané. «Je suis inscrit au Conservatoire de musique de Québec et je fais aussi un DEC en sciences de la nature au Cégep de Limoilou. J’aimerais essayer de devenir un musicien professionnel, mais la musique classique est un domaine très compétitif. Avec mon deuxième DEC, j’aurai un coussin de sécurité.»

Pour le futur immédiat, le basson occupera la majorité de son temps. «Il y a plusieurs heures de pratique qui s’en viennent. Je vais aussi tenter ma chance avec beaucoup d’auditions.»

Pour suivre le parcours de Thomas Roy-Rochette et des autres virtuoses, l’aventure se poursuit les vendredis à 19h, sur les ondes de Radio-Canada.

Articles similaires

Commentaires 0

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *