Culture
20:52 22 février 2010 | mise à jour le: 22 février 2010 à 20:52 temps de lecture: 4 minutes

Nouvel An vietnamien sous le signe des découvertes culturelles

En poussant la porte menant au sous-sol de l’église Saint Pascal de Maizerets, un monde coloré s’est ouvert pour plusieurs Québécois hier soir. La communauté catholique vietnamienne de Québec était réunie pour souligner l’année du Tigre. Pour cette édition, la famille s’était agrandie, le comité organisateur ayant décidé de rendre public la soirée du Nouvel An vietnamien, la fête traditionnelle la plus importante de l’année.

Dès les premiers pas dans la salle, de délicieux effluves de rouleaux impériaux, de soupe tonkinoise et de galettes de riz font saliver. Mais ce n’est pas ce qui marque tant l’arrivée, il s’agit plutôt de la beauté des costumes que les femmes portent et des nombreux sourires que l’on pose sur les invités. L’accueil chaleureux dans cette grande famille démontre dès le début la générosité des Vietnamiens. En cette soirée de nouvelle année, le tiers des participants n’ont aucune descendance d’origine vietnamienne et pourtant ils ont été invités par des amis afin de découvrir un peu plus cette culture que l’on confond trop souvent aux traditions chinoises.
«Nous sommes venus satisfaire notre soif de curiosité face à la culture vietnamienne. Nos amis nous ont invités et c’est fascinant», déclare Frédérick Beaudry, entouré de sa conjointe et de sa fille. Les lumières sont tamisées, les enfants de différentes origines s’amusent devant le décor traditionnel constitué d’un hôtel où l’on a disposé les symboles de bonheur et de longévité. Différentes inscriptions traitant de l’importance du culte des ancêtres y sont inscrites. Le tout drapé de rouge, l’emblème de la prospérité. Un arbre décoré de clémentine est également installé à l’avant de la salle. «C’est une tradition d’avoir un arbre fruitier comme celui-ci, confie aux néophytes, Vincent Ngan, installé au Québec depuis maintenant 1969. Habituellement, au Vietnam, nous utilisons un prunier à cause du fruit rouge, la couleur signifiant la prospérité.» Au cours de la soirée, les enfants cueilleront les fruits comme l’on souhaite au jour de l’an québécois nos vœux de bonne année. Des messages sur l’avenir y ont été découverts à l’intérieur des fruits.

Découverte culturelle pour certains invités, rencontres de partage pour d’autres. La soirée reflète l’esprit simple, mais du même coup traditionnel, de la fête culturelle. «C’est génial. Ils sont généreux et accueillants. C’est un peuple très attachant», témoigne Michelle Bégin. Particulièrement cette année, le comité organisateur a mis de vaillants efforts afin que l’activité prenne de l’ampleur et permette à la population québécoise de découvrir les différents aspects de la culture vietnamienne. Un pari qui rapporte puisque le nombre de participants, s’élevant habituellement à 200, a doublé. «Je crois que la publicité a permis d’attirer beaucoup plus de personnes, dont de nombreux Québécois intéressés à notre histoire et à nos traditions», constate l’une des organisatrices, Monica Ngo Nguyen. Cette dernière a mis aussi au point un spectacle plus élaboré tout en conservant la traditionnelle danse du dragon. Un défilé de mode à la vietnamienne et un spectacle de danse tout aussi d’époque ont eu lieu pour conclure sur une chorégraphie plus québécoise. «Le spectacle est un mélange de nos deux cultures vietnamienne et québécoise», ajoute Mme Ngo Nguyen.

Des personnalités du milieu ont profité également du moment pour remercier et souhaiter la réalisation de leurs rêves dans le futur. Reconnaissante et généreuse, la Communauté catholique vietnamienne remettra les profits recueillis aux Rédemptoristes de Sainte-Anne-de-Beaupré afin que le missionnaire en Haïti, Pierre Bach, aide le peuple à la suite du séisme.

Articles similaires

Commentaires 0

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *