Culture
13:27 23 mai 2015 | mise à jour le: 23 mai 2015 à 13:27 Temps de lecture: 2 minutes

Light Fall: sous contrat avec Sony pour les consoles Playstations

JEUX VIDÉOS. Risquer un emploi permanent pour se lancer dans leur passion –et dans l’inconnu-, c’est ce que deux amis d’enfance originaire Québec ont osé faire, il y a un an, pour plonger dans leur rêve de créer des jeux vidéo, Light Fall, qui est déjà sous contrat avec le géant Sony et avec le site Internet Steam, avec 115 millions d’utilisateurs.

Ce projet d’envergure, c’est en février 2014 que les deux amis d’enfance Benoît Archer et Mathieu Robillard se lancent dans le vide. Le premier, écrivain de l’histoire et le second, artiste en contenu, choisissent de s’associer avec le programmeur David Dion-Paquet, pour créer leur propre compagnie, Bishop Games Inc.

La trame narrative de Light Fall raconte l’histoire d’un adolescent amnésique; avec l’aide de l’univers de Numbra, un monde éclaté composé de créatures étranges, il découvrira des indices sur son passé et comprendra enfin pourquoi certaines personnes de son entourage ont inexplicablement disparu.

«On souhaite que les joueurs s’immergent dans cet univers qu’on a créé de toutes pièces, et avec la musique, on veut vraiment que les gens se laissent aller et qu’ils explorent cet univers étrange», souligne Benoit Archer.

Avec un style que l’écrivain de l’histoire qualifie de «silhouette», l’équipe a favorisé une forme rétro avec un monde tout en noir où les conventions sont inversées; la lumière représente alors le danger et le noir, la pureté.

Leur campagne de financement mis en ligne sur le site Internet Kickstarter.com, les créateurs ont déjà amassé 10 000$ sur un total de 20 000$, qui vont leur permettre de payer la musique et leurs logiciels, entre autres.

Et ce n’est pas terminé, parce que Light Fall, qui devrait sortir entre janvier et février 2016, a déjà été accepté pour les marques PC et Mac.

Le néophyte s’attendait-il au déroulement des événements? «On s’est plantés quelques fois, mais au final, on s’en est bien sorti. On est très satisfaits de ce qu’on a accompli», termine Archer.

Québec Hebdo

Articles similaires

Commentaires 0

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *