Culture
20:58 9 mai 2015 | mise à jour le: 9 mai 2015 à 20:58 Temps de lecture: 2 minutes

Un Salon Nouveau Genre achalandé

RELÈVE. Plus d’une centaine d’artisans en tout genre sont réunis cette fin de semaine au sous-sol de l’église Saint-Jean-Baptiste, où se tient la 12e édition du Salon Nouveau Genre. Achalandé comme à son habitude, l’événement permet de découvrir des talents de la relève en littérature, arts visuels, métiers d’art, mode, musique…

Et la relève, elle n’est parfois guère plus âgée que 7 ans si l’on en croit les cinq tomes de Les héritiers du fou que Gabriel Marcoux-Chabot a réalisés en collaboration avec des jeunes d’écoles primaires de la région. Présent depuis deux ans au Salon Nouveau Genre, l’éditeur de La nef des fous tient à faire vivre cette expérience à ses protégés qui le désirent. À ses yeux, c’est une façon pour eux de compléter l’aventure du processus de création qui a débuté par une simple page blanche.

Pour d’autres, le Salon Nouveau Genre est l’occasion d’étendre la portée de leur travail. «Ça nous permet de nous faire connaître par les gens», dira justement Annie Maltais qui, avec Laurent Duhamel, a mis sur pied Nie & Lo illustrations il y a un an. Leur spécialité? «Ça varie selon l’inspiration du moment», répond son collègue, devant qui s’étalent notamment plusieurs portraits. Par cette large palette créative, le duo vise à rejoindre un vaste public à qui il propose des commandes personnalisées. «On veut montrer que, s’ils veulent quelque chose, il y a pas mal de chance qu’on puisse le faire», explique Laurent Duhamel.

Voilà deux exemples parmi d’autres de la diversité qui règne au Salon Nouveau Genre. Celui-ci se poursuit samedi et dimanche, de 10h à 18h. Tout porte par ailleurs à croire qu’il pourrait s’agir de la dernière édition à se dérouler à l’église Saint-Jean-Baptiste, dont l’avenir incertain oblige les organisateurs à envisager un autre lieu pour l’édition de décembre prochain.

À noter que l’entrée est gratuite.

Membre du Groupe Québec Hebdo

Articles similaires

Commentaires 0

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *