Culture
20:29 21 janvier 2015 | mise à jour le: 21 janvier 2015 à 20:29 Temps de lecture: 3 minutes

Robert Lepage jouera dans le film d’un nouveau réalisateur de Québec

CINÉMA. Martin Forget réside dans Saint-Jean Baptiste et il travaille en marketing. Rien ne le prédisposait alors à réaliser des films. Pourtant il y a quelques mois, il s’est inscrit à un concours de courts-métrages au festival Vitesse Lumière. Il a eu la piqûre et s’apprête à tourner un deuxième film avec rien de moins que Robert Lepage.

Depuis toujours, Martin Forget utilise son côté créatif en marketing et communications. Depuis septembre, il l’utilise pour réaliser des scénarios de films. «J’ai toujours eu envie d’écrire des histoires. J’ai écrit un scénario il y a deux ou trois ans, avec Vitesse Lumière je me suis lancé», raconte le réalisateur. «Je n’ai pas étudié là-dedans, je n’ai aucune connaissance en cinéma!», s’exclame-t-il comme pour s’excuser. Pourtant la chance du débutant semble lui sourire, et il a frappé aux bonnes portes. Pour son premier court-métrage, il a fait appel à Québecwood, une petite entreprise de production cinématographique et publicitaire à Limoilou, ainsi que Productions 4 Éléments, une coopérative de travailleurs dans le domaine du cinéma située à Sainte-Foy. Tout de suite, il a vu grand en faisant appel aux jeunes comédiens connus de Québec, Noémie O’Farrell, Jocelyn Paré, et puis récemment à Robert Lepage.

La divine stratégie

Le court-métrage tourné les 24 et 25 janvier parlera de religion sur un ton humoristique. Il s’agit d’un prêtre (joué par Robert Lepage) qui ne sait plus comment pallier au manque de public dans les églises et qui veut faire face au déclin de la religion. Il va alors faire appel à une firme de relations publiques pour relancer son église. La divine stratégie devrait être un «long» court-métrage, d’au moins 20 minutes, d’après l’auteur. «J’ai fait beaucoup de recherches, de repérage de lieux», explique M. Forget qui a d’ailleurs rencontré plusieurs religieux en entrevue dont l’abbé Piché à l’Église Saint-Roch. N’ayant personne pour jouer le rôle d’un prêtre, il fait carrément appel mi-décembre à l’adjointe de Robert Lepage qui lui transmet la demande. Celui–ci embarque dans le projet. «Même si moi je ne suis pas entièrement compétent pour la réalisation et le cinéma, c’est quand même moi qui a écrit l’histoire, donc ce que je pouvais faire c’est au moins m’entourer des plus grands», fait-il valoir. Martin Forget signera La divine stratégie comme co-réalisateur, puisqu’il a fait appel à un autre réalisateur connu de Québec, Éliott Laprise.

Un projet bénévole

Le budget du film provient de ses poches uniquement, même s’il a eu des subventions pour le matériel vidéo. «Les costumes, tout le matériel promotionnel [nécessaire au film puisqu’on parle de firme de relations publiques qui fait la promotion de l’église] viennent de ma poche. Tout le monde est bénévole, mais j’aimerais donner un cachet aux comédiens», mentionne le co-réalisateur. «Mon objectif c’est de soumettre le film aux festivals, je veux l’envoyer à Cannes», conclut Martin Forget. Le film vient de partir en sociofinancement sur indiegogo: https://www.indiegogo.com/projects/la-divine-strategie-de-martin-forget

Articles similaires

Commentaires 0

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *