Culture
13:05 23 novembre 2014

Quand la musique devient un exutoire

ROCK. Le groupe rock francophone de Québec, KPLR, lance son premier album intitulé Déséquilibre. Le disque sera mis en vente sur iTunes et bandcamp dès le 25 novembre. Portrait d’une formation qui se met à nu dans sa musique.

Ce trio se compose de Frédéric B. Girard, Didier Noreau et de David St-Germain. Chacun d’entre eux avait un parcours musical bien à lui avant la formation de KPLR en 2012. Frédéric, à la voix et la basse, a fait partie de la formation Monogrnade. Didier Noreau, à la batterie, était un membre des groupes Uberko et Hell Cats. Finalement, David St-Germain, à la guitare, a fait du jazz.

La formation est née d’une rencontre entre David et Frédéric, qui, un mardi, étaient au Fou-Bar sur la rue St-Jean pour une soirée jazz. Peu de temps après, ils se sont mis à «jammer» chez David, qui habite avec Didier. De cette affinité musicale est né KPLR.

En juin 2012, ils ont lancé un court album de trois chansons, dont Matière Grise. Cet extrait a eu beaucoup de succès dans les radios universitaires. L’année suivante, avec des nouvelles compositions, la formation a également participé aux Francouvertes.

Après cette expérience, le groupe était mûr pour produire et réaliser seul son premier opus. Il explore les thèmes de l’aliénation, de la démesure et de l’inconscient. Les gars avouent que d’écrire a été libérateur. L’année 2013 a été particulièrement difficile pour eux individuellement. La musique a été leur échappatoire. «On avait des choses à dire, à exorciser», affirme Didier. Même s’ils ne se considèrent pas comme des perfectionnistes, ils ont réécrit jusqu’à trois fois leurs chansons. «C’est un album très poétique interprétable à différentes sauces», croit David. Il qualifie leurs chansons d’énergiques et prenantes. Leur style musical est psychédélique et rock progressiste des années 70. Pour un son vintage, ils ont opté pour une enregistrement analogique.

Frédéric décrit leur album comme «un gros morceau à digérer. Ça peut prendre du temps à s’imprégner».Toutefois, le groupe précise que leur musique est destinée à un grand public et «à tout être humain qui veut sentir quelque chose». Les gens seront transportés dans «un univers clair-obscur».

KPLR présentera le fruit de son travail le 25 novembre avec la sortie de l’album sur internet et le lancement à Montréal au Divan Orange. Le 27 novembre, le groupe sera en prestation à 20h30 au Petit Impérial de Québec au coût de 5$.

Et pour 2015

En 2015, les musiciens souhaitent composer et jouer le plus possible. Déjà ils planchent sur du nouveau matériel. Aucune date de spectacles n’est confirmée pour le moment, mais le groupe assure qu’il y en aura. Leur plus grand souhait serait d’avoir un contrat de distribution, puisque pour l’instant, ils font tout par eux-mêmes.

Québec Hebdo

Commentaires 0

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *