Culture
12:28 16 septembre 2014 | mise à jour le: 16 septembre 2014 à 12:28 temps de lecture: 3 minutes

Des adolescentes derrière la caméra

DOCUMENTAIRE. Deux adolescentes de la Maison des jeunes L’Intégrale, Joannie et Kristina, ont participé à la réalisation d’un court-métrage documentaire sur l’intimidation dans le cadre du projet de médiation culturelle «La vie est une vraie fiction animée», mis sur pied par la coopérative Spirafilm.

À l’origine du projet, le désir de permettre à trois groupes sociaux différents – adolescents, aînés et personnes à mobilité réduite – de vivre un processus de création tout en découvrant l’envers du décor. Les jeunes de L’Intégrale se sont donc retrouvées jumelées à la cinéaste Émilie Baillargeon, qui a agi essentiellement comme une conseillère à l’oreille attentive.

Ensemble, elles ont décidé d’aborder le thème de l’intimidation, une réalité que Joannie et Kristina connaissaient bien pour en avoir été la cible, ont-elles confié à la cinéaste. Elles ont néanmoins choisi de tourner plutôt la caméra vers Laurie, 15 ans, victime des moqueries de ses camarades de classe.

Après avoir mis au point le scénario documentaire, les apprenties réalisatrices ont pu se familiariser avec la dynamique d’un plateau de tournage. «C’était important de ne pas trop axer ça sur la technique, mais surtout sur la réalisation», dira Émilie Baillargeon. Si elle s’est chargée d’arrimer leurs idées aux moyens techniques, elle est tout de même restée étonnée de l’aisance avec laquelle ses deux protégées manipulaient l’équipement.

Quant à celles-ci, c’est la longueur du processus de création et du tournage qui les a le plus surprises, l’ensemble du projet s’étirant de mars à juin, pour un total de huit rencontres.

Projection publique

Le fruit de leur travail a été présenté dans le cadre du 25e anniversaire de la Maison des jeunes L’Intégrale, au parc Maurice-Lortie. «Elles étaient bien fières de voir le résultat et de le montrer à leurs proches», signale la mentore.

La coordonnatrice artistique de Spirafilm, Catherine Pelletier, parle de son côté d’un «fort succès». Si bien que l’initiative, qui en était à sa première édition, pourrait bien être reconduite ultérieurement, pour peu que les partenaires financiers soient au rendez-vous.

Diffusion

Le documentaire fera l’objet d’une projection extérieure publique dans le cadre du Festival de cinéma de Québec. Rendez-vous le 23 septembre, à 20h, sur le parvis de l’église Saint-Roch. Pour le reste, Catherine Pelletier espère qu’il pourra tourner dans les bibliothèques ou dans des organismes communautaires, pour que le projet continue de vivre.

Pour lire le journal de bord du projet: spirafilm.com/la-vie

Membre du Groupe Québec Hebdo

Articles similaires

Commentaires 0

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *