Culture
20:17 11 septembre 2014 | mise à jour le: 11 septembre 2014 à 20:17 Temps de lecture: 4 minutes

Les premiers répondants: des humains qui souffrent

DOCUMENTAIRE .Le personnel des services d’urgence fait souvent face à des situations difficiles. La réalisatrice Karina Marceau s’est intéressée au quotidien des premiers répondants, et à leur prise en charge. Elle leur a consacré un reportage intitulé «Héros sous le choc». Il sera diffusé lundi à 21h sur les ondes de Télé-Québec.

«Héros sous le choc est un documentaire sur le choc post-traumatique des premiers répondants soit les pompiers, les policiers, et les ambulanciers», définit Karina Marceau.

Ces derniers sont souvent témoins de scènes de crime, de suicides, de drames familiaux, et vivent avec un stress constant. Karina Marceau a commencé à travailler il y a vingt ans comme journaliste aux faits divers. Côtoyant alors les différents répondants de scènes de crime, meurtres ou graves incendies, elle s’est posé la question: comment font ces hommes et ces femmes sur le terrain, qui peuvent décrocher un jeune de 14 ans qui s’est pendu, et retourner dans leur quotidien, rire avec leurs enfants, après?

C’est de ce questionnement qu’est venue son inspiration pour ce sujet. Karina Marceau a soumis son projet à Télé-Québec, qui a accepté et sélectionné son documentaire. Pour approcher ces personnes, elle a dû travailler avec des intervenants sociaux, dont Michel Oligny, un ancien policier, qui a décidé finalement de se réorienter en service social. Cela les a aidé à établir un lien de confiance avec ces personnes vulnérables face à ce qu’ils ou elles peuvent voir.

«Il est temps qu’on se pose la question de la santé mentale chez les 1ers répondants», déclare la réalisatrice. «Dans cet univers très masculin, parfois macho, quelqu’un qui a besoin d’aide, peut se fait dire qu’il n’est pas fait pour ce travail», déplore-t-elle.

En plus de leur quotidien très difficile, le documentaire soulève la question de l’aide qu’on peut apporter à ces corps de métiers. «Il y a des endroits où les premiers répondants n’ont aucune aide, d’autres où ils en ont, mais n’osent pas la demander», explique la réalisatrice.

Sandra Dion, une policière de Québec, avait été attaquée à coups de tournevis dans son véhicule. Elle fut la première à témoigner de son choc post-traumatique.

Les héros peuvent-ils demander de l’aide? Dans l’absolu, oui, mais cela leur est difficile. «Il faut briser les tabous», insiste Karina Marceau. «Comment fait un policier qui a abattu quelqu’un? C’est facile de lui donner le mauvais rôle. Parfois il n’a pas le choix, alors comment vit-il avec ça?» se questionne Karina. Dans le film un policier qui a abattu quelqu’un en témoigne.

Un autre intervenant dans le film est un ambulancier qui a été appelé sur le lieu d’un accident mortel: son fils était la victime.

Tous les intervenants du documentaire témoignent à visage découvert, pour montrer qu’ils sont des humains, comme tout le monde.

Claude Legault est le narrateur du documentaire, l’acteur de terrain de la série 19-2 «a accepté tout de suite de s’allier au projet, j’en suis fière!», s’exclame la réalisatrice.

«Le documentaire est un outil de prévention et de sensibilisation pour les premiers répondants eux-mêmes, et à visée informative avant tout», décrit Karina Marceau.

La recherche pour approfondir le sujet aura pris 9 mois, «le produit est frais, je viens de l’accoucher!», s’exclame avec humour Karina, enceinte d’un petit garçon qui naîtra fin octobre. Ils ont commencé à tourner en mars 2014 puis le montage a pris deux mois.

Le produit final, Héros sous le choc, sera disponible à Télé-Québec, lundi, à 21h, puis sur le site internet de Télé-Québec.

La bande-annonce est disponible au https://www.youtube.com/watch?v=j7RmsHTgEXQ

Articles similaires

Commentaires 0

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *