Culture
18:04 3 avril 2018 | mise à jour le: 3 avril 2018 à 18:04 temps de lecture: 2 minutes

Desirae prépare sa rentrée sur scène

Fondé en août 2017, le groupe Desirae, de Québec, a présenté un premier mini-album de cinq chansons en novembre et il prépare ses sorties en spectacle ce printemps.

Les musiciens sont originaires de Saint-Émile et Neufchâtel.

Photo gracieuseté – Desirae

Formé d’Henri Gendron à la batterie, de Jean-Philippe Michaud à la basse et du chanteur Darren Vaudreuil, le groupe a présenté Belles Promesses à son public à la salle Lebourgneuf. «On y a fait notre premier show à guichet fermé. Ce fut vraiment une soirée réussie.» Jean-Philippe Michaud ajoute qu’à la suite de la mise en marché du CD, la formation a donné un spectacle aux Galeries de la Capitale en décembre.

«Ensuite, on est passé en mode composition tout l’hiver pour un nouvel album qui devrait compter 10 ou 11 chansons françaises. On crée généralement la musique en premier sur laquelle on place les paroles.» Le prochain CD, enregistré à Montréal, sera plus mature et moins rock, précise le bassiste.

Jean-Philippe ajoute que le spectacle, qui sera présenté le 7 avril dans un bistro-bar de Wendake, permettra de le roder et de présenter les nouveaux titres. De plus, la formation locale a accepté de faire la première partie du groupe Automat qui se produira le 30 mars à la salle Claude-Léveillée à la Place des Arts de Montréal.

Ligne musicale

Jean-Philippe avoue que le trio joue ensemble depuis longtemps, «on a commencé alors qu’on avait 14 ou 15 ans. On écoutait beaucoup plus de métal et on chantait en anglais. On a vieilli et évolué et, avec le temps, notre style de musique a changé. C’est pour ça qu’on s’est dirigé vers le pop-rock.» Il concède que chacun des membres de Desirae a été influencé par la formation montréalaise Simple Plan.

Surpris par le succès radiophonique du titre Je chante, Tu danses, Jean-Philippe rappelle que le groupe s’assure d’une présence sur Facebook, Instagram et Snapchat. «On a remarqué que les gens ont moins l’habitude d’aller sur YouTube pour écouter une chanson, surtout pour les groupes émergents comme nous.»

Articles similaires

Commentaires 0

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *