Culture
12:10 28 juin 2018 | mise à jour le: 28 juin 2018 à 12:10 temps de lecture: 3 minutes

Une harmonie au diapason de son public

L’Harmonie de Val-Bélair tenait son traditionnel concert annuel extérieur, le 10 juin, sur le terrain du centre culturel Georges-Dor. La quarantaine de musiciens a ravi les petits et grands qui étaient présents à cette occasion.

Nancy Voiselle donnant le signal aux musiciens.

Photo Métro Média – Alain Couillard

Nancy Voiselle, directrice musicale de l’Harmonie de Val-Bélair depuis 15 ans, précise que le nombre de musiciens, composant l’ensemble à vent, est stable. «Certains partent et d’autres arrivent, mais la base même de l’ensemble demeure constante.»

La directrice explique cette stabilité par le choix des thèmes et le répertoire des titres choisis. «À Noël 2017, nous avons proposé un concert de musique de jeux vidéo, celui d’aujourd’hui en est un de comédies musicales et l’hiver prochain nous offrirons un Noël autour du monde soit des titres qui représentent cette fête dans plusieurs pays.»

Les pratiques, qui se déroulent généralement le jeudi, ont permis de développer un sentiment d’appartenance très fort, révèle la directrice. «On est une gang de fous où la joie de vivre est très importante. On se lance des blagues durant les répétitions tout en assurant un produit final de qualité.»

Concerts

L’Harmonie de Val-Bélair propose de trois à quatre représentations par an, «deux dans la région et celui du Club Rotary qui nous demande de faire un concert pour eux, en janvier, pour des gens qui n’ont pas la possibilité d’aller voir des concerts. Nous participons généralement à Québec en Harmonies à Beauport.»

Nancy Voiselle ne s’en cache pas, elle a toujours en tête de préparer un voyage afin d’amener l’harmonie jouer en Europe ou dans l’Ouest canadien. «Il y a plusieurs années, nous avons faits des représentations dans plusieurs régions du Québec, mais nous ne sommes pas sortis de la province. Personnellement, j’ai eu la chance d’aller en Chine et en Autriche avec d’autres ensembles.»

Elle assure qu’il y a une relève qui se pointe. «Ce qui nous aide, ce sont ceux qui en ont fait beaucoup au secondaire et qui viennent s’inscrire.» Mme Voiselle déplore le fait que plusieurs écoles mettent fin à leur programme de musique depuis la réforme scolaire. «On a coupé dans le nombre de périodes et dans les instruments. Certains établissements proposent des cours de guitare et de chant parce que cela coûte moins cher.»

L’harmonie, qui existe depuis 1994, était initialement sous la direction de Stéphane Boulanger. «À ce moment-là, j’étais la première flûte», a conclu Nancy Voiselle.

Articles similaires

Commentaires 0

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *