Culture
19:43 26 juillet 2009 | mise à jour le: 26 juillet 2009 à 19:43 Temps de lecture: 4 minutes

Deux styles, une amitié

Alexandra Boutet et Catherine Picher, deux jeunes danseuses de Neufchâtel, prendront le chemin de Montréal en vue du Gala Révélation, le 12 septembre prochain. Malgré qu’elles dansent selon deux styles complètement différents, les filles démontrent une complicité de béton.

Alors qu’Alexandra – 10 ans – performe dans la danse hip-hop, avec vêtements amples et une attitude de confiance sans faille, Catherine – 8 ans – fait plutôt dans la paillette, dans le style jazz-ballet, avec sa voix douce, presque chuchotée.

N’empêche, les deux filles bien différentes partagent une seule et même passion, la danse. Et elles comptent d’ailleurs en faire leur carrière. Tandis que l’une indiquait à l’Actuel qu’elle voudrait plus tard «être professeure de danse et être professionnelle», l’autre semblait déçue de ne rien pouvoir rajouter, ayant des objectifs identiques. Difficile d’être plus complices!

Les jeunes filles ont d’ailleurs un grand respect pour le style de l’autre, et s’encouragent constamment. Elles prévoient concocter un duo cet automne, qu’elles pourront présenter au printemps. Oui oui, un duo hip-hop/ballet jazz! Car leurs mères veulent faire en sorte qu’elles développent aussi une certaine polyvalence.

C’est d’ailleurs ce qu’on demande aux gens qui se présentent à l’émission So You Think You Can Dance, une inspiration pour les deux jeunes filles. «J’écoute des films de danse et ça m’apprend des mouvements», souligne Catherine. Et Alexandra de s’empresser à dévoiler ses classiques : High School Musical et Hannah Montana. La jeune Neufchâteloise aimerait bien danser pour eux, à Walt Disney… «et aller dans les manèges en même temps!», ajoute-t-elle en ricanant.

Un long cheminement

Ce n’est seulement qu’après avoir passé des auditions à Boucherville que les danseuses ont pu accéder au Gala Révélation. «C’est pareil comme à la télé», d’indiquer la mère de Catherine. Seules dans une salle, les jeunes danseuses attendent leurs résultats suite à une première étape. Il s’agissait de danser pendant une minute… sans musique! Celles qui passaient à l’étape suivante avaient 45 minutes pour apprendre une chorégraphie en petits groupes. Deux étapes stressantes, mais réussies haut la main par les demoiselles.
Alexandra, qui danse depuis cinq ans, a déjà une feuille de route impressionnante. Elle a terminé première aux nationaux et deuxième au World Dance Cup, deux compétitions qui se sont déroulées à Montréal en juin dernier. «On allait là pour l’expérience», de souligner sa mère, Josée Perreault. L’expérience aura été de constater qu’elle fait partie de l’élite mondiale. Pas mal!
Pour Catherine, qui danse depuis deux ans, c’est la timidité qui l’a amenée à la danse. Très gênée, cette expérience lui donne la confiance requise pour s’exprimer devant ses camarades de classe. Elle a d’ailleurs dansé pour un spectacle caritatif devant plus de 2000 personnes et compte refaire ce genre de spectacles valorisants, dans le futur.
Les deux danseuses ainsi que leurs mamans voient d’ailleurs la compétition prochaine de Montréal comme une chance de côtoyer des artistes, des danseurs professionnels et peut-être se faire remarquer. Car certains jeunes artistes se sont vu offrir des contrats suite à la dernière édition, comme pour danser avec Annie Brocoli ou chanter avec Grégory Charles.
Bref, deux jeunes filles que l’on reverra probablement sur scène, ou à l’écran! Qui sait?

Articles similaires

Commentaires 0

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *