Culture
18:10 4 octobre 2012

La science-fiction au cœur de l’Autocart des arts visuels

L’Autocart des arts visuels a amorcé sa rentrée culturelle jeudi matin, devant la bibliothèque Gabrielle-Roy, sous le thème «Au-delà des possibles». C’est d’ailleurs dans les bibliothèques, mais aussi les centres communautaires, les écoles primaires et secondaires que l’autobus tiendra ses activités de médiation culturelle développées autour de la science-fiction.

En effet, pour une troisième année consécutive, l’Autocart se joint au festival Québec en toutes lettres et suggère une vision de la thématique «Isaac Asimov et la science-fiction».

Ainsi, jusqu’au 16 juin 2013, cinq animatrices organiseront dans les bibliothèques, les centres communautaires et les écoles des activités adaptées à chaque groupe d’âge, en s’inspirant des œuvres de Martin Bureau, Patrick Bernatchez, FlexiB et le collectif On est tu heureux hen (Frédérique Laliberté et Sarah L’Hérault), exposées dans l’Autocart des arts visuels.

«Pour les élèves de 1ère et 2e année, on donne un atelier de dessin par pochoir « Morceau par morceau ». Les jeunes de 5e et 6e année ont un atelier d’art sonore, « Ouvrez grands les oreilles ». Les jeunes vont créer une œuvre sonore qui sera mise en contexte avec les images du collectif On est tu heureux hen», explique Léonie Aubé, chef d’équipe des animatrices.

Deux commissaires, deux visions

Pour la première fois, l’Autocart des arts visuels a fait appel à deux commissaires pour l’exposition «Au-delà des possibles»: Geneviève Pelletier et Fnoune Taha. Celles-ci ont développé le thème de la science-fiction autour du futur éventuel de la planète et l’évolution de l’être humain, de la science et des technologies à venir.

«Dans les artistes que nous avons choisis, FlexiBa a lu l’œuvre d’Asimov. Il a fait quatre dessins illustrant chacun une semaine du développement de l’intelligence artificielle», détaille Mme Pelletier, qui se dit fan de science-fiction.

«La science-fiction n’est pas un univers que je fréquente habituellement. Ça m’a permis de jeter un regard différent de celui de Geneviève. On a abordé la science-fiction sous divers angles: alors que les œuvres du collectif On est tu heureux hen combinent la réalité à la supercherie, la vidéo de Patrick Bernatchez est plus post-apocalyptique.

Groupe Québec Hebdo.

Information et inscription: www.lautocart.com ou 418 524-1917

Veronique Demers


Commentaires 0

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Articles en vedette