Culture
19:39 20 septembre 2012

Père et fils baignés dans l’art décoratif

Mario et Maxim Turgeon, père et fils, forment un tandem professionnel depuis une douzaine d’années. Les deux sont passionnés de créations digitales. Ils ont conçu sur mesure leur emploi actuel.

Les deux Lorettevillois ont d’abord fondé une boîte de communication. Pendant près de six ans, ils ont développé une clientèle et décroché différents contrats. Puis, le côté artiste en eux les a poussés à sortir des sentiers battus. Le désir de s’éclater artistiquement a pris le dessus. Mario et Maxim Turgeon ont choisi une autre direction, celle de la conception d’imagerie décorative. Les produits développés au sein de l’entreprise tandem numérique.com sont de grand format. Il peut s’agir par exemple d’imprimés, de murales et de tapisseries. Ils ont ajouté récemment des œuvres conçues à la main.

Le but est d’offrir des produits de décoration qui n’existent pas présentement. Leur clientèle est partagée entre le commercial et le privé, les décorateurs ainsi que les designers.

Mario Turgeon a transmis sa passion pour l’art très tôt à ses enfants, Maxim et Pascale. Il a initié ses jeunes à la peinture notamment lors de confection de fresques dans des entreprises. Enseignant retraité d’art dans des écoles de la Haute-Saint-Charles, Mario Turgeon n’aura pas goûté à la retraite longtemps. Dès son retrait du milieu de l’éducation, il s’est embarqué dans de nouveaux projets professionnels. Il a ainsi troqué le pinceau pour la souris. «L’ordi, c’était une grosse bête. J’ai découvert avec l’ordinateur la possibilité de faire mieux qu’au pinceau», avoue-t-il.

Maxim Turgeon, de son côté, a fait ses études en infographie, en cinéma et en télévision à Québec. Après avoir œuvré comme coloriste dans le milieu du dessin animé, il a répondu à l’offre de son père, c’est-à-dire créer sa propre entreprise. Le travail en duo n’est pas de tout repos, mais les deux entrepreneurs de générations différentes se complètent. «Je ne peux pas nier son talent et il ne peut pas nier le mien», résume Mario Turgeon. Le plus jeune se charge de l’aspect chiffre et a une vision avant-gardiste alors que le père dans la soixantaine excelle notamment dans la partie des relations publiques. «On a des styles différents, mais on a le même fonctionnement de création», conclut Maxim Turgeon.

 

L’Actuel, membre du Groupe Québec Hebdo

Isabelle Chabot


Commentaires 0

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Articles en vedette