Sections

Un gymnase 2.0 au Patro


Publié le 8 août 2018

Le Patro de Charlesbourg et de Lévis pourront jouer en réseau grâce au gymnase LÜ.

©Photo gracieuseté

Le Patro de Charlesbourg entre dans une ère moderne en intégrant à ses installations un système mariant sport et technologie grâce au gymnase LÜ.  

Développé par la compagnie de Québec Saga, le gymnase LÜ procure une expérience sportive immersive rendue possible par un environnement spatial intelligent qui comprend et réagit aux comportements et aux interactions des joueurs en temps réel.

Grâce à l'information transmise par ses caméras 3D installées au plafond,  dirige les aires de jeu en projetant différents éléments interactifs sur les murs, auxquels les joueurs doivent réagir. Les systèmes d'éclairage et de son synchronisés en temps réel offrent une expérience unique en son genre aux participants, leur donnant l'impression d'être un personnage du jeu auquel ils jouent. Le système permet donc de transformer les gymnases en véritables terrains de jeu interactifs, peu importe l’âge des joueurs.

«Oui ça s’adresse aux enfants, mais avec le secteur des aînés c’est certain que nous allons développer des projets qui vont intégrer notre nouveau gymnase. On a qu’à penser aussi aux parents qui voudraient organiser une fête d’enfants ici, ce serait possible. Nous sommes très motivés par ce projet», lance Yan Robitaille adjoint à la direction du Patro de Charlesbourg.

Étant donné que le système peut être relié en réseau, il serait possible pour l’emplacement de Charlesbourg de jouer avec celui de Lévis qui possède LÜ. Jean-François Fortin, adjoint au financement, rêve même d’organiser le premier tournoi inter-patro du genre.

Pour l’organisme de Charlesbourg, l’acquisition de ce nouvel outil s’inscrit dans un but bien précis. «C’est vraiment une nouvelle façon de voir les loisirs. L’objectif est de faire bouger les jeunes qui sont souvent devant leurs jeux vidéo. Dans le gymnase il va y en avoir et ils seront obligés de faire de l’activité physique. C’est la beauté de la chose», évoque Yan Robitaille.

Le gouvernement du Québec, la Caisse populaire de Charlesbourg, Telus et Opération Enfant Soleil se partageront la facture de 30 000$.