Sections

Croissance continue des prix des maisons de luxe au Canada


Publié le 26 décembre 2017

Une récente étude de la firme JLR confirme que la vente de propriétés de luxe poursuit sa progression.

©(Photo gracieuseté - JLR)

IMMOBILIER. Les prix des propriétés résidentielles ont crû grandement dans quelques régions du pays, au cours des dernières années, faisant du même coup augmenter la valeur des  habitations de luxe. Dans le Grand Vancouver, notammen, une maison de 1M$ n’est même plus considérée comme une résidence de luxe. En fait, le prix moyen des propriétés résidentielles vendues a dépassé ce montant depuis quelques mois selon les données publiées par  l’Association canadienne de l’immeuble (ACI).

Selon une analyse de la firme JLR, au Québec, les prix sont plus bas et le terme «propriété de luxe» inclut généralement toutes les demeures de plus de 1M$. À cette somme, une résidence se classe parmi les plus chères et coûte environ quatre fois le prix médian payé pour une maison unifamiliale dans la province au cours de la dernière année. C'est ce qui ressort d'un tour d’horizon du marché provincial des propriétés de luxe en 2017.

Au Québec, on recense 1117 habitations (876 résidences unifamiliales et 241 copropriétés) qui ont été vendues à plus de 1M$ entre janvier et novembre 2017, ce qui représente une hausse de 33% comparativement à 2016 selon les données colligées par JLR à partir du Registre foncier. Cette croissance fait suite à une augmentation de 20% qui avait été notée en 2016. Le marché du luxe a donc bel et bien le vent dans les voiles ces dernières années. Il faut dire qu’avec la hausse générale de prix, de plus en plus de résidences entrent dans le club sélect des propriétés de plus de 1M$.

Les arrondissements de Ville-Marie et Outremont ainsi que les villes de Westmount et Mont-Royal englobent une part importante des habitations de luxe. En dehors du Grand Montréal, quelques domaines sont également vendus chaque année ; les endroits tels que Mont-Tremblant et Magog ont la cote. Les propriétés riveraines sont aussi populaires auprès des richissimes acquéreurs.

Non seulement les ventes de plus de 1$ ont grimpé, mais les ventes de demeures ultras luxueuses (plus de 3M$) ont également crû. Ainsi, pour les 11 premiers mois de l’année, 49 résidences de plus de 3M$ (43 unifamiliales et 6 copropriétés) ont été acquises alors que seulement 29 habitations dans cette catégorie de prix avaient été vendues au cours de la même période l’année dernière. Parmi celles achetées en 2017, cinq étaient situées en dehors de l’agglomération de Montréal et 21 se trouvaient dans la ville de Westmount.

Unifamiliales de rêve

Les cinq plus grosses transactions cette année concernaient des unifamiliales situées à Westmount. En tête du classement, un somptueux domaine a été acquis pour la somme de 13,5M$. La propriété achetée comprend en fait deux immeubles distincts dont les valeurs au rôle foncier combinées totalisent 8 192 900$. En deuxième position se trouve un manoir vendu 8,3M$, un montant inférieur à la valeur de l’immeuble selon l’évaluation municipale. Cette propriété se situe sur un terrain couvrant une superficie de 3502,6m2.

Copriopriétés somptueuses

Les trois copropriétés les plus dispendieuses vendues au cours des 11 derniers mois étaient toutes situées dans l’arrondissement de Ville-Marie. La plus chère a été transigée pour la rondelette somme de 5,25M$. Pour ce montant, l’acheteur a pu acquérir une copropriété d’une superficie de 385m2 selon l’évaluation municipale2 et de trois stationnements. Cette année, deux condos du Ritz-Carleton ont été achetés pour plus de 3M$. Ceux-ci ont été vendus respectivement, un peu plus de 5M$ et 4M$. L’année dernière, cinq transactions de plus de 3M$ avaient été conclues sur des copropriétés situées au Ritz-Carleton.

À l'extérieur de la métropole

Seulement 120 des 1117 (11%) propriétés vendues à plus de 1M$ étaient situées à l’extérieur de la région de Montréal. Parmi celles-ci, cinq ont été acquises pour un montant supérieur à 3M$, dont trois situées à Magog. Pour la région de Québec, 21 transactions de plus de 1M$ ont été enregistrées (16 unifamiliales et 5 copropriétés) au cours des 11 premiers mois de 2017. Ce nombre est inférieur aux 36 ventes d’habitations de luxe observées durant la même période en 2016. La demeure la plus chère de cette région vendue cette année se trouve à Lac-Beauport et a été achetée pour un peu plus de 3,1M$. Il s’agit de la seule transaction à plus de 2M$ en 2017 dans la grande région de Québec.

La firme JLR conclue que le marché du luxe a poursuivi sa lancée en 2017. La croissance de ce marché étonne peu puisque les hausses de prix font en sorte que de plus en plus de résidences affichent une valeur au-dessus du million de dollars. Les ventes d’habitations de luxe continuent d’être concentrées dans l’agglomération de Montréal. Néanmoins, quelques propriétés de villégiature situées à l’extérieur de Montréal sont transigées pour des sommes élevées chaque année.

Faits saillants

• Entre janvier et novembre 2017, quelque 1117 unifamiliales ou copropriétés ont été vendues à plus de 1M$, ce qui représente une hausse de 33% par rapport à 2016.
• Au total, 49 propriétés résidentielles ont été vendues à plus de 3M$ au Québec.
• Selon les actes de vente publiés au Registre foncier, la demeure la plus chère acquise au cours de la période analysée a été achetée pour 13,5M$.
• Pour 9% des propriétés vendues à plus de 1M$, l’acquéreur a déclaré une adresse de résidence en dehors du Canada au moment de la transaction.

Méthodologie

Les données utilisées ont été colligées par JLR à partir des transactions publiées au Registre foncier du Québec. Afin d’obtenir des statistiques représentatives du marché immobilier, certaines données parmi les ventes sont éliminées pour les calculs statistiques. Ainsi, les ventes dont le montant de la transaction est inférieur à 5000$, les ventes liées, les ventes de reprise hypothécaire, les ventes indivises et les ventes multiples ne sont pas incluses dans les statistiques rapportées dans cette étude.

(Source: JLR)