Maison
10:51 22 avril 2018 | mise à jour le: 22 avril 2018 à 10:51 temps de lecture: 6 minutes

Inspection et prévention sont de mise avant l’acquisition d’une maison

ACCESSION. La deuxième édition de l’Étude sur les propriétés en sécurité d’Allstate du Canada démontre que les propriétaires et les acheteurs pourraient éviter des surprises coûteuses en étant mieux informés. Voilà qui confirme l’adage voulant qu’il vaut mieux prévenir que guérir.

Allstate Canada suggère de vérifier plusieurs éléments afin que la transaction résidentielle soit pleinement satisfaisante pour les futurs acquéreurs.

(Photo gracieuseté – Allstate Canada)

Ce printemps, lorsque les acheteurs de maisons tenteront de dénicher la propriété de leur rêve, ils négligeront peut-être de vérifier certaines choses importantes avant de déposer une offre. Alors que la neige fond, les propriétaires actuels planifient peut-être des travaux d’entretien courant, mais négligent parfois des travaux importants, ce qui pourrait éviter de lourdes conséquences financières par la suite.

Un nouveau sondage, effectué par Léger pour le compte d’Allstate du Canada, compagnie d’assurance, révèle que le quart (25%) des propriétaires québécois affirment avoir éprouvé des problèmes importants dans les cinq années suivant l’achat de leur propriété. Parmi ces derniers, 7% ont été confrontés à des dommages d’une valeur oscillant entre 1500$ et 5000 , et 5% ont dû effectuer des réparations d’une valeur dépassant 10 000$. Ces données indiquent que les acheteurs potentiels sont mal informés quand vient le temps de poser des questions et de vérifier certaines choses lors de l’achat d’une nouvelle propriété.

«Il est essentiel d’inspecter une maison et ses environs pour déceler des problèmes potentiels, que vous magasiniez une nouvelle maison ou envisagiez des rénovations, affirme André Parra, directeur principal réclamations Québec et Maritimes chez Allstate du Canada. Être au fait de ce qu’il faut vérifier vous aidera à mieux vous préparer et à potentiellement corriger des problèmes préexistants avant qu’ils ne gagnent en importance et ne deviennent plus coûteux.»

Leçons retenues

Au Québec, quatre propriétaires sur dix (40%) disent qu’ils feraient les choses différemment s’ils pouvaient recommencer leur expérience d’achat de maison. Parmi ces derniers, 18% auraient fait appel à un inspecteur des bâtiments et 17% auraient été plus attentifs au moment d’évaluer les dommages potentiels ou les facteurs de risques.

Avant d’acheter leur propriété, près de la moitié (45%) des propriétaires québécois ont recherché des informations ou se sont renseignés par eux-mêmes sur les risques de refoulement des égouts ou d’infiltration d’eau. Les résultats du sondage ont également démontré que les acheteurs de propriétés auraient intérêt à effectuer davantage de recherches et de vérifications des antécédents avant l’achat:

· Seulement le tiers (35%) ont vérifié si la propriété est située dans une zone inondable, près d’un grand plan d’eau douce ou sur d’anciens terrains marécageux.

· Un tiers (32%) se sont informés à propos des dommages ou des réclamations d’assurance antérieures découlant d’inondations ou d’incendies.

· Un quart des propriétaires (26%) ont vérifié s’il y avait déjà eu des plaintes, des recours collectifs ou des poursuites contre l’entrepreneur qui a construit leur propriété.

· Un propriétaire sur cinq (20%) a fait des recherches sur la façon dont le développement urbain des environs pourrait affecter sa propriété.

Avant de s’engager dans l’achat d’une nouvelle maison ou dans un projet, les acheteurs potentiels et les propriétaires devraient effectuer des recherches et consulter un expert afin de mener une inspection ou une évaluation de la propriété avant l’achat, les travaux d’entretien ou les rénovations.

Parties de la maison à surveiller

Selon l’Étude sur les propriétés en sécurité d’Allstate, qui analyse les données des réclamations habitation soumises à Allstate en 2017, les réclamations pour dégâts d’eau sont les plus fréquentes et les plus importantes au Québec, les dommages causés par le vent et la grêle suivent et les réclamations liées aux incendies se retrouvent en troisième place.

Les réclamations pour dégâts d’eau sont maintenant les plus fréquentes et les plus coûteuses au Québec. Les réclamations pour dégâts d’eau dus aux bris de tuyaux sont les plus fréquentes (34%) selon les données d’Allstate, suivies par les fuites de toilettes et de douches (25%). Les autres sources de dégâts d’eau proviennent des fuites de machines à laver (7%) et des fuites de chauffe-eau (7%). Les dommages causés par le vent et la grêle (presque la moitié des réclamations) sont principalement des infiltrations d’eau par la toiture (47%) ou la chute des bardeaux ou des revêtements (23%).

Guide pour futurs acheteurs

Lorsque vous envisagez d’acheter une propriété, veillez à regarder au-delà de l’aménagement et du design. Recherchez des facteurs externes potentiels et soyez à l’affût des environs quand vous êtes sur place afin d’éviter les surprises par la suite. L’Étude sur les propriétés en sécurité d’Allstate comprend un Guide à l’intention des propriétaires et des futurs acheteurs, qui fournit des astuces et des recommandations pratiques destinées aux acheteurs potentiels quand ils recherchent une maison et aux propriétaires lorsqu’ils prennent des décisions d’entretien courant.

Pour plus d’information: www.conseilsduquotidien.ca

Méthodologie du sondage et de l’étude

Le sondage Léger a été réalisé du 20 au 28 février 2018, par le biais d’un sondage omnibus en ligne auprès d’un échantillon représentatif de 618 propriétaires québécois de 18 ans et plus. S’appuyant sur les données de Statistique Canada, les résultats sont pondérés en fonction du sexe, de l’âge, de la région, de la langue d’usage, de l’éducation et des enfants présents dans le ménage pour faire en sorte que l’échantillon soit représentatif de l’ensemble de la population étudiée. À des fins de comparaison, un échantillon probabiliste d’une taille de 618 répondants entraînerait une marge d’erreur de +/- 3,9%, 19 fois sur 20 (95%).

Allstate du Canada a mené une analyse approfondie des données de réclamations qui lui sont présentées afin de déterminer la cause la plus fréquente des dommages subis par les ménages au Québec. L’étude est publiée sur une base annuelle et les données liées aux réclamations sont comparées à celles des dix années précédentes. La fréquence de réclamations des ménages fait référence au pourcentage de maisons assurées par Allstate du Canada qui ont subi des dommages ayant fait l’objet d’une réclamation.

(Source: Allstate Canada)

Articles similaires

Commentaires 0

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *