Art De Vivre
13:47 19 avril 2021 | mise à jour le: 26 avril 2021 à 15:38 temps de lecture: 3 minutes

La Ville de Québec veut encourager le remplacement des foyers au bois

La Ville de Québec veut encourager le remplacement des foyers au bois
La nouvelle réglementation sur les foyers au bois de la Ville de Québec vise à améliorer la qualité d’air, surtout en période de smog hivernal. /Photo Métro Média – Archives

QUALITÉ D’AIR. À l’instar de Montréal, il y a déjà plus de 10 ans, la Ville de Québec adopte un règlement sur les appareils de chauffage au bois. Il vise à limiter l’émission des particules fines dans l’atmosphère, particulièrement en période de smog hivernal. L’initiative est assortie d’un programme d’aide financière pour soutenir les citoyens dans le retrait d’un vieil appareil ou l’installation d’un modèle certifié.

Le remplacement des foyers ne répondant pas aux normes modernes sera obligatoire d’ici au 1er septembre 2026. À compter de cette date, les propriétaires d’un poêle, d’une fournaise ou d’une chaudière au bois sur le territoire municipal devront se munir d’un appareil certifié CSA (Canadian Standards Association) ou EPA (Environmental Protection Agency).

Cette certification régule la quantité de particules que l’appareil émet par sa cheminée. Le taux d’émission varie selon l’année de certification, allant de 7,5 grammes/heure en 1988 à 2,5g/h pour la plus récente norme (2020). Tous les échelons de certifications seront acceptés par la Ville. À noter que les autres types de foyers (gaz, granules, cuisson) sont exclus du règlement. Dans le cas d’une nouvelle construction ou de l’ajout d’un nouvel appareil, la plus récente certification en vigueur est exigée.

Dès septembre prochain, lors d’un avertissement de smog, il sera interdit d’utiliser tout appareil de chauffage à combustible solide, même ceux certifiés. Par ailleurs, seule exception pour les nostalgiques ne prévoyant pas rénover leur installation, il sera permis d’utiliser un appareil non certifié lors d’une panne de courant de plus de 3 heures.

Aide au retrait ou remplacement

Les propriétaires admissibles pourront obtenir un remboursement allant jusqu’à 90% du coût d’achat d’un nouvel appareil certifié (à bois ou aux granules), jusqu’à un maximum de 1000$. Un montant de 100$ sera offert pour le simple retrait d’un appareil sans remplacement. La Ville souhaite encourager le remplacement de 2000 poêles et foyers désuets et polluants sur son territoire. Au cours de l’été, une compagne de sensibilisation portera sur l’usage des foyers extérieurs.

Les demandes d’aide pourront être faites auprès de la Ville en ligne ou par la poste dès le 1er juillet 2021.

«La pollution de l’air causée par les appareils de chauffage est un enjeu réel. Je suis heureuse qu’on puisse encadrer leur utilisation pour notre bien-être collectif. Nous accompagnerons les citoyens en leur offrant une aide financière pour le remplacement des appareils non certifiés.» – Suzanne Verreault, membre du comité exécutif responsable de l’environnement à la Ville de Québec

Pour la conseillère municipale responsable de dossier environnementaux à la Ville de Québec, Suzanne Verreault, le temps est venu de réglementer en la matière. /Capture-écran via Teams

Québec Hebdo

Articles similaires

Commentaires 0

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *