Art De Vivre
08:54 23 janvier 2021 | mise à jour le: 20 janvier 2021 à 16:00 Temps de lecture: 3 minutes

Les maisons écologiques restent méconnues

Les maisons écologiques restent méconnues
Les maisons écologiques présentent une architecture qui se confond aux résidences conventionnelles. /Photo gracieuseté

FUTUR. Bien que répondant à des normes supérieures au Code du bâtiment, les maisons écologiques demeurent méconnues et donc peu populaires. Pourtant, en plus d’avoir un impact limité sur l’environnement tant par leur conception que leur fonctionnement, il s’agit d’une option plus durable et économique en ressources énergétiques. Bref, un choix toujours boudé même si rentable à long terme.

Un sondage mené par Léger pour Écohabitation démontre que les maisons saines souffrent d’un manque de notoriété. En effet, 49% des répondants avouent ne rien savoir sur ces bâtiments d’avenir. Or, cette méconnaissance générale nuit à des investissements immobiliers plus durables. Un phénomène que l’organisme voué à ce créneau souhaite renverser. Alors que 35% des Québécois envisagent l’achat d’une résidence neuve dans les cinq prochaines années, la maison verte doit s’imposer davantage.

«Les maisons écologiques sont pensées pour être plus respectueuses de l’environnement, aussi bien dans leur construction que lors de leur utilisation. Elles sont notamment dotées de matériaux non toxiques, d’une isolation et d’une étanchéité supérieures, de systèmes récupérateurs de chaleur ou encore d’appareils écoénergétiques. Fabriquées au Québec, elles misent sur des matériaux locaux et une architecture à l’épreuve des hivers nordiques», fait valoir Emmanuel Cosgrove, directeur d’Écohabitation.

L’accent est mis sur les matériaux sains et performants, autant à l’intérieur qu’à l’extérieur. /Photo gracieuseté

Ce dernier veut évacuer au passage certains mythes tenaces. À son avis, il est faux de prétendre que les maisons saines sont dispendieuses, futuristes, inconfortables et marginales. Au contraire, elles peuvent avoir fière allure et se fondre aisément dans un quartier résidentiel conventionnel.

Divers degrés d’efficacité

Le terme «maison écologique» ne décrit pas qu’une seule réalité. Plusieurs types de concepts existent et proposent des formules variées. Par exemple:

  • La maison Novoclimat 2.0 consomme jusqu’à 25% moins d’énergie qu’une maison conventionnelle.
  • Les maisons certifiées LEED permettent, quant à elles, d’obtenir de 30 à 70% d’économies d’énergie.
  • La «Passivehaus» ou «maison solaire passive», s’illustre son souci d’orientation en fonction de l’astre du jour.
  • La maison Net Zéro consomme, de son côté, «zéro énergie» sur une base annuelle.

Pour plus d’information: www.ecohabitation.com.

Écohabitation veut briser le mythe de la maison excentrique et égarée en campagne. /Photo gracieuseté

Québec Hebdo

Articles similaires

Commentaires 0

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *