Art De Vivre
07:47 6 mai 2020 | mise à jour le: 5 mai 2020 à 11:54 temps de lecture: 3 minutes

Nombreux problèmes évités après la reprise des chantiers

Nombreux problèmes évités après la reprise des chantiers
Au terme de cette opération, GRC souligne la collaboration des entrepreneurs, alors que les visites n’étaient pas annoncées à l’avance. (Photo Métro Média – Archives)

HABITATION. Un blitz d’inspections menées à la grandeur du Québec par l’organisme indépendant Garantie de construction résidentielle (GCR) a permis de rassurer et prévenir. Si la majorité des bâtiments s’avèrent conformes, certains présentaient des irrégularités pouvant être problématiques.

Avec l’arrêt des chantiers de construction le 24 mars, des chantiers ont pu être laissés sans protection adéquate des lieux ou des matériaux. Dans le contexte de la reprise récente, GCR a réalisé 3745 visites express d’unités en construction au cours des semaines du 20 et 27 avril.

Il ressort de l’exercice que la forte majorité des chantiers visités n’ont pas présenté de problématiques sérieuses, ce qui est satisfaisant. Toutefois, une partie d’entre eux ont présenté des enjeux suffisamment importants pour demander des correctifs. Cela rend nécessaire la tenue d’une visite supplémentaire, afin d’éviter des problèmes pouvant conduire à l’apparition de moisissure dans quelques années.

«Nous avons le mandat d’assurer la protection des consommateurs. L’inspection de chantier est d’ailleurs un des éléments centraux de notre gestion de risques. Nous comprenions le désir de l’ensemble de l’industrie de reprendre rapidement et le partagions. Il était tout aussi important de s’assurer du bon état des chantiers et des matériaux», déclare Daniel Laplante, président-directeur général de GCR.

Conformité aux normes

L’opération démontre que de nombreuses entreprises ont pris soin de mettre en place des mesures de protection adéquates à la fermeture des chantiers le 24 mars. Autrement, elles ont prévu remplacer les matériaux non adéquats et rendus inutilisables. Les périodes de séchage requises avant la poursuite de la construction ont aussi pu être observées.

Quelques exceptions ont toutefois confirmé la nécessité de superviser le retour au travail. C’est ainsi que GCR a décelé 128 unités présentant des irrégularités préoccupantes. Des inspections plus poussées permettront de s’assurer que les entreprises concernées ont apporté des correctifs. Elles s’attarderont aux observations formulées lors des visites express, et verront à ce que le bâtiment respecte les normes en vigueur.

Éléments problématiques constatés

  • Panneaux de contre-plaqué (ou d’OSB) abîmés par les intempéries et gonflements observables;
  • Infiltrations d’eau à l’intérieur du bâtiment et/ou des murs;
  • Exposition prolongée de murs préfabriqués aux intempéries;
  • Matériaux de construction rendus inutilisables en raison d’une déformation causée par une exposition prolongée aux intempéries.

Un site Internet propose d’en savoir plus sur les règles mises en place par la CNESST et la relance de la construction dans le contexte de la pandémie.

Québec Hebdo

Articles similaires

Commentaires 0

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *