Art De Vivre
07:32 10 mai 2020 | mise à jour le: 28 avril 2020 à 17:38 temps de lecture: 2 minutes

Première norme pour la lutte aux moisissures

Première norme pour la lutte aux moisissures
La prolifération des moisissures à l’intérieur a lieu lorsque le niveau d’humidité est trop élevé. Leur présence peut endommager les matériaux et affecter la qualité d’air. (Photo gracieuseté – BNQ)

SANTÉ. Une première norme est élaborée pour servir de référence dans l’investigation et la réhabilitation des habitations contaminées par les moisissures. Cette initiative du Bureau de normalisation du Québec (BNQ) vise à assurer au public l’accès à un travail professionnel de qualité.

La prescription provinciale établit les meilleures pratiques en se basant sur les données scientifiques et le consensus d’un comité d’experts. Disponible gratuitement sur le site du BNQ, la norme s’adresse avant tout aux professionnels et entreprises qui offrent le service de décontamination des habitations affectées par les moisissures. Elle saura aussi éclairer les occupants, propriétaires ou gestionnaires de bâtiment, ainsi que les entrepreneurs, villes et organismes gouvernementaux.

Sa mise en application vaut pour les habitations ou la section d’habitation des bâtiments à usage mixte. Peu importe qu’elles soient unifamiliales ou multilocatives, neuves ou usagées, ni même occupées par leur propriétaire ou un locataire. Elle est l’aboutissement du travail d’un comité multidisciplinaire scientifique et technique, formé de fournisseurs de service, d’utilisateurs et d’experts du domaine.

Bonnes pratiques

Première du genre en Amérique du Nord, la norme détaille les bonnes pratiques à suivre en cas de contamination d’une habitation par les moisissures. Cela va de la recherche de la cause à la réalisation des travaux, en passant par l’évaluation, la planification et la communication avec le client.

Document d’application volontaire, la norme BNQ 3009-600 pourrait devenir un outil réglementaire pour les villes et une exigence par les compagnies d’assurance. «Aussi, elle servira lors de litiges comme document de référence. Le public a avantage à connaître son existence, afin de réclamer que les travaux soient exécutés selon les exigences de qualité optimale», note Jean Rousseau, directeur principal du BNQ.

Pour plus d’information sur la nouvelle norme, cliquez ici.

Québec Hebdo

Articles similaires

Commentaires 0

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *