Art De Vivre
06:33 9 février 2019

Le taux d’inoccupation des logements se resserre

Le taux d’inoccupation des logements se resserre
Dans la région de Québec, entre octobre 2017 et octobre 2018, le taux d'inoccupation des logements a reculé de 4,5% à 3,3%. (Photo Métro Média – Archives)

STATISTIQUES. Malgré que la construction fasse la part belle aux complexes multirésidentiels depuis quelques années, la demande pour les logements locatifs a continué de progresser dans les centres urbains de la province.

Selon la plus récente Enquête sur les logements locatifs réalisée par la Société canadienne d’hypothèques et de logement (SCHL), on observe que 2,3% du parc locatif du Québec (l’équivalent de 850 000 logements) était vacant à l’automne 2018. Il s’agit d’une baisse d’un point de pourcentage sur 2017. La hausse de la construction locative dans bien des régions a été plus que compensée par la demande.

Plus de la moitié de 44 centres urbains de la province (10 000 habitants et plus), ont enregistré un recul du taux d’inoccupation. Dans les autres centres, le taux est demeuré stable. Toutes les régions métropolitaines de recensement (RMR de 100 000 habitants et plus) ont enregistré une diminution. En général, la SCHL note une meilleure performance locative pour les appartements de plus grande taille. La catégorie studio se démarque encore par un taux d’inoccupation plus élevé.

Loyer relativement stable

D’après les données compilées dans l’enquête, le loyer moyen s’est chiffré à 761$ pour un appartement de deux-chambres. Parmi les RMR, il atteignait un sommet à Québec (814$) et un minimum à Trois-Rivières (576$). La variation estimative du loyer moyen se chiffrait à 2,3% pour l’ensemble de la province et variait entre 1,2 et 2,9% parmi les RMR. La hausse généralisée reflète le resserrement survenu sur plusieurs marchés.

Taux de roulement

Pour une troisième année, la SCHL constate que le taux de roulement s’est maintenu au même niveau. C’est-à-dire que la proportion d’unités qui ont changé d’occupant au cours des 12 derniers mois est demeurée dans les normes habituelles. À l’échelle provinciale, ce taux est resté autour de 18,6%.

Évolution du taux d’inoccupation dans le RMR de la province. (Tableau gracieuseté – SCHL)

Sur le plan des RMR, il varie de 17,4% à Montréal jusqu’à 23% à Sherbrooke. Par ailleurs, l’analyse des résultats selon la taille d’appartement montre que le taux de roulement est supérieur pour les studios (23,4%) par rapport aux appartements de deux chambres (16,8%). Plusieurs facteurs entrent en ligne de compte, dont les conditions de marché, les caractéristiques de l’immeuble et le profil des locataires.

Quelques chiffres à retenir

  • Taux d’inoccupation à Québec: studios (3,4%); 1 chambre (3,3%); 2 chambres (3,2%); +3 chambres (3,2%).
  • Coûts des loyers à Québec: studios (567$); 1 chambre (720$); 2 chambres (839$); +3 chambres (998$).

Métro Média

Commentaires 0

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *