Sections

Consultations publiques dans Beauport-Limoilou


Publié le 14 mai 2018

Il sera aussi possible pour les citoyens de se faire entendre par les différents moyens numériques comme les réseaux sociaux.

©Photo Métro Média – Jean Carrier

Dans le but avoué de combattre le cynisme de la population envers les politiciens, le député fédéral de Beauport-Limoilou, Alupa Clarke, lance «Alupa à l'écoute!». Cette série de trois consultations publiques se déroulera dans la circonscription du député.

L'initiative a comme mandat de répondre à trois buts principaux. Le premier est de connaître les besoins de la population, le second a pour but de déposer un projet de loi provenant directement de ses consultations et le troisième est de transférer toutes les demandes des gens au bon palier de gouvernement.

«Comme j'ai déjà fait une proposition de loi dans mon premier mandat, je m'engage si je suis réélu à proposer un nouveau projet de loi basé sur une préoccupation entendue pour la rentrée parlementaire de mon nouveau mandat. C'est l'occasion pour tous de participer à la démocratie», a garanti M. Clarke.

Par ailleurs, le politicien s'est dit prêt à défendre une idée qui ne refléterait pas sa conscience personnelle, si elle représente la majorité de la population. «Si je prends l'exemple de Beauport 2020, j'ai donné mon appui à ce projet. Advenant le cas que la consultation démontrerait clairement que la population veut bloquer le projet et que cette volonté est basée sur une base solide, je n'ai aucun problème à respecter les volontés de la population.» 

Démystifier les champs d'expertise

Chaque consultation publique débutera par une présentation du député fédéral sur les compétences des différents paliers de gouvernement. «Si on veut que cela soit constructif, il est important d'informer les gens pour qu'on puisse parler des choses qui peuvent être changées au fédéral.»

La première consultation aura lieu au sous-sol de l'église Saint-Fidèle de Limoilou de 13h30 à 16h30 et de 18h30 à 20h30 le 17 mai.

Alupa Clarke a mentionné qu'il jugeait que la province de Québec est la plus fédéraliste des provinces, car c'est celle qui respecte les compétences fédérales, provinciales et municipales

©Photo Métro Média – Jean Carrier