Sections

La Capitale assurances lorgne vers l’Ontario

Publié le 16 août 2008
Le président et chef de l'exploitation de La Capitale assurances, John Strome, entend aborder le marché ontarien depuis le siège social de l'entreprise à Québec.

La Capitale mettra son projet d’expansion à exécution depuis son siège social de la ville de Québec dès 2009, a révélé à Québec Hebdo, John Strome, son président et chef de l’exploitation. «Nous prévoyons générer entre 35 à 50 M$ en volume de primes au cours des trois premières années d’opérations en Ontario, soit entre le début de 2009 et la fin de 2011», explique-t-il.

La société fera affaire sous le nom de La Capitale General Insurance. «Ce nom nous appartient déjà. Nous l’avons réservé et en faisons mention dans nos conversations d’affaires en anglais», précise M. Strome.

Les autorités réglementaires ontariennes doivent encore approuver le projet. Dans le cas échéant, La Capitale prévoit commercialiser ses propres produits d’assurances. La compagnie sollicitera donc activement les Ontariens pour qu’ils assurent leurs automobiles et leurs habitations contre les accidents et les incendies, auprès de sa filiale ontarienne.

M. Strome refuse toutefois de révéler la forme exacte que prendra sa stratégie d’expansion ni même combien d’emplois seront créés. Il refuse aussi de divulguer l’identité de ses partenaires ontariens. Par contre, M. Strome affirme que la croissance anticipée sera avant tout organique, plutôt que par acquisitions.

Marché de 17 G$

Selon la firme économique MSA Reasearch, le marché ontarien de l’assurance de dommages recèle un potentiel de 17 G$ de primes. De ce fait, il demeure suffisamment grand pour accueillir un nouveau joueur direct, croit M. Strome.

Coincé au Québec

Tout comme ses concurrents, La Capitale éprouve certaines difficultés à poursuivre sa croissance dans un marché québécois qui a atteint sa pleine maturité. Signe de cette stagnation, La Capitale n’a augmenté que de 8% ses primes, qui sont passées de 426 M$ à 460 M$, entre 2006 et 2007, révèle le dernier rapport Scor, qui compile les résultats financiers de l’industrie. Il s’agit d’une progression similaire à celle réalisée un an plus tôt. L’incursion ontarienne est donc devenue nécessaire pour poursuivre la croissance de La Capitale, explique M. Strome. Ce faisant, La Capitale suivra les traces d’autres assureurs québécois, dont Industrielle Alliance et Desjardins assurances générales. Ces deux sociétés ont réalisé d’importantes percées en Ontario et aussi loin qu’en Colombie-Britannique.