Sections

La Maison Gomin entame sa nouvelle vie


Publié le 8 octobre 2008

Après une saga qui aura duré plus de sept ans, la Maison Gomin entame une nouvelle vie au grand soulagement du promoteur Michel Boutin qui a tenu le projet à bout de bras depuis ses premiers balbutiements. L'ancienne prison des femmes s'est ainsi métamorphosée, au fil d'investissements totalisant plus de 7,5 M$, en un lieu consacré à la commémoration de la vie, de la naissance jusqu'au décès.

«Nous sommes beaucoup plus qu'un funérarium, mentionne Michel Boutin. Nous voulons devenir un endroit de partage avec la communauté»

Ce dernier ne cache pas que les services funéraires constituent pour l'instant le créneau le plus important de la Maison Gomin. Mais les lieux seront disponibles pour des commémorations de toutes sortes, que ce soit des mariages, des baptêmes ou d'autres cérémonies.

Michel Boutin dit s'être inspiré de différents concepts qu'il a pu observer, notamment aux États-Unis. «Nous voulons établir de nouveaux standards dans le domaine funéraire, explique-t-il. Nous allons amener plusieurs nouveautés dans le marché. Ce ne sont pas les idées qui manquent.»

La Maison Gomin n'a en effet plus rien à voir avec l'édifice délabré qui a tant fait couler d'encre au cours des dernières années. Si l'architecture extérieure a été conservée, l'intérieur a été entièrement réaménagé pour en faire un lieu moderne et inspirant.

En plus de trois salons d'exposition multifonctionnels et d'une salle de réception, plus de 10 000 espaces seront disponibles dans des columbariums intérieurs et extérieurs. Installée au sous-sol, la salle de thanatopractie est aussi à la fine pointe de la technologie.

Parmi les éléments innovateurs, le président-directeur général est particulièrement fier de pouvoir offrir des sépultures écologiques. Fabriqués à Victoriaville, les cercueils utilisés sont garnis de coton biodégradable et ne comportent aucune penture ou poignée métalliques. «Il y a une demande de plus en plus grande pour ce type de services», soutient Michel Boutin.

Signalons qu'une partie du vaste terrain, soit la section située à l'angle du boulevard René-Lévesque et de la rue Painchaud, a été cédée à la Ville de Québec qui en fera un parc de détente. Le complexe de condominiums possédera aussi son propre parc.

Quant à l'édifice abritant 72 unités condominiums vendus à des prix variant entre 150 000$ et 750 000$, il devrait être complété d'ici la fin octobre et les habitations seront livrées en novembre. Au moment d'écrire ces lignes, seulement cinq unités étaient encore disponibles. Ce volet du projet a nécessité un investissement de 19 M$.

Question de permettre à la population de visiter la nouvelle Maison Gomin, deux journées portes ouvertes sont proposées les 11 et 12 octobre.