Actualités
09:12 10 septembre 2022 | mise à jour le: 27 septembre 2022 à 16:06 Temps de lecture: 12 minutes

La parole aux candidats de la circonscription de La Peltrie

La parole aux candidats de la circonscription de La Peltrie
Photo: Gracieuseté/Montage Métro

POLITIQUE – Cette semaine, Métro L’Appel présente les candidats dans la circonscription de La Peltrie à l’aide de trois questions ciblant des enjeux majeurs.

Après avoir représenté l’ADQ pendant 12 ans, Éric Caire est député de la CAQ dans La Peltrie depuis 2011. Père de quatre enfants, cet ancien programmeur-analyste cumule depuis 2018 de nombreux postes à l’exécutif: ministre de la Cybersécurité et du Numérique, et ministre responsable de l’Accès à l’information et de la Protection des renseignements personnels. Il est aussi leadeur adjoint du gouvernement. Photo gracieuseté

Éric Caire, Coalition avenir Québec (CAQ)

Comment aborder le défi de la pénurie de main-d’œuvre qui affecte l’économie?

«La pénurie de main-d’œuvre représente un défi pour la croissance de l’économie. La région de Québec n’y fait pas exception, car elle se situe dans le creux d’un cycle où il y a davantage de gens quittant le marché du travail par rapport à ceux l’intégrant. Cela étant dit, l’économie régionale demeure robuste et se maintient à son niveau record de près de 40G$ annuellement avec des perspectives de croissance optimistes. Accueillir davantage d’étudiants étrangers, augmenter l’offre de requalification et rapprocher les clientèles éloignées du marché du travail.»

Quelle option privilégiez-vous pour favoriser la mobilité dans la région?

«Quiconque demeure dans la grande région de Québec, sait que la mobilité est un enjeu important. Notre gouvernement a présenté le Réseau express de la Capitale qui assure le plus grand chantier de mobilité. Une vision moderne qui permet l’ajout de voies dédiées pour le transport en commun, le réseau structurant et le tunnel Québec-Lévis.»

Quelle est votre priorité locale pour votre circonscription?

«J’ai encore plusieurs idées pour La Peltrie, mais LA prochaine priorité que je vais réaliser est sans hésiter une école secondaire (I à V) à Val-Bélair. Après une telle annonce pour Sainte-Catherine-de-la-Jacques-Cartier, j’ai continué de travailler sur le dossier de l’agrandissement de l’Odyssée de Val-Bélair et de l’école l’Orée-des-bois. Depuis trop longtemps, les élèves de Val-Bélair, de Fossambault et de Sainte-Catherine doivent changer d’école en cours de route afin d’aller finir leur secondaire dans une autre école.»

Frédéric Doumalin œuvre au sein du milieu des affaires depuis 2003 à titre d’entrepreneur en design graphique. Engagé dans sa communauté, ce père de famille a été impliqué notamment auprès de la Maison des jeunes de L’Ancienne-Lorette (2009-2015), ainsi que de la section Québec de la Chambre de commerce française au Canada (2012-2015). Ayant fait de Québec son nouveau chez-soi avec ses parents il y a près de 25 ans, le candidat natif de Rennes réside dans La Peltrie depuis plus de 20 ans. Photo gracieuseté

Frédéric Doumalin, Parti libéral du Québec (PLQ)

Comment aborder le défi de la pénurie de main-d’œuvre qui affecte l’économie?

«La pénurie de main-d’œuvre peut être réduite par le retour temporaire des travailleurs expérimentés. Il faut absolument éviter qu’un des deux parents doive rester à la maison faute de place en garderie. Un gouvernement libéral fera de l’accès à une place en service de garde à 8,70$ par jour, un droit pour tous au même titre que le droit de fréquenter l’école. La pénurie de main-d’œuvre peut se contrer grâce à l‘immigration, avec les permis jeunes professionnels dont l’obtention peut se faire en quelques mois.»

Quelle option privilégiez-vous pour favoriser la mobilité dans la région?

«La mobilité dans la Capitale et Lévis ne se limite pas à une option. Tous les types de transports doivent se compléter. Le transport en commun, l’automobile et le transport actif doivent être revus afin que les citoyens perdent moins de temps dans le trafic. Le PLQ souhaite rendre gratuits les transports en commun pour les étudiants et les aînés. Le lien interrives doit aussi être amélioré. Je souhaite collaborer avec les municipalités pour améliorer la mobilité afin de créer une agence régionale des transports.»

Quelle est votre priorité locale pour votre circonscription?

«Selon les discussions que j’ai la chance d’avoir avec les citoyens de La Peltrie, il faut prendre davantage soin de nos aînés. La hausse du coût de la vie touche toutes les générations dans le comté. C’est pourquoi le Parti libéral s’engage à mettre sur pied une Allocation aînés de 2000$ pour les personnes de 70 ans et plus, pour qu’elles puissent vieillir chez elle, dans le confort de leur foyer. Pendant ce temps, les jeunes familles tentent de s’acheter une maison, mais l’inflation ralentit leur projet. Nous souhaitons les aider en payant entre autres leur taxe de bienvenue.»

Candidat pour le PCQ dans La Peltrie, Stéphane Lachance est président-directeur général de l’entreprise Concert Plus. Entrepreneur de 54 ans en affaires depuis plus 38 ans, Stéphane est père de deux enfants de 21 et 23 ans. Il est diplômé en électromécanique, formation reçue en Arkansas aux États-Unis. Photo gracieuseté

Stéphane Lachance, Parti conservateur du Québec (PCQ)

Comment aborder le défi de la pénurie de main-d’œuvre qui affecte l’économie?

«Le gouvernement actuel a cannibalisé le bassin de main-d’œuvre en ajoutant des milliers de fonctionnaires à un système déjà trop lourd. Et ce, malgré sa promesse électorale de 2018 de réduire la taille de l’État par attrition. Le PCQ s’engage à le faire, ce qui ramènera la situation plus près de la normale. De plus, la réduction des paperasses est essentielle. Il n’est pas normal que des médecins ou infirmières québécois mettent trois mois pour reconnaître leur permis d’exercer lorsqu’ils déménagent en France, mais que des médecins ou infirmières français, dont la formation est équivalente, mettent entre trois et cinq ans pour voir leur formation reconnue.»

Quelle option privilégiez-vous pour favoriser la mobilité dans la région?

«La gratuité du transport en commun et une redistribution des services de transport collectif dans la région de Québec.»

Quelle est votre priorité locale pour votre circonscription?

«Les enjeux de sécurité routière, particulièrement à Sainte-Catherine. Il faut aussi soutenir la relance économique et favoriser l’accès au logement.»

Martin Trudel se présente pour le PQ dans La Peltrie, afin de faire une différence pour la lutte au changement climatique et l’accès du Québec à sa pleine autonomie. Photo gracieuseté

Martin Trudel, Parti québécois (PQ)

Comment aborder le défi de la pénurie de main-d’œuvre qui affecte l’économie?

«Sur le court terme, nous devons utiliser la main-d’œuvre disponible pour pallier le manque de travailleurs. Cela signifie notamment d’offrir des incitatifs avantageux aux travailleurs qualifiés à la retraite et permettre à ceux qui le souhaitent de retourner sur le marché du travail. Aussi, nous devons offrir à toutes les familles d’avoir une place en CPE pour permettre aux parents de travailler. À long terme, la numérisation, robotisation et automatisation des entreprises représentent des solutions d’avenir.»

Quelle option privilégiez-vous pour favoriser la mobilité dans la région?

«Le Parti Québécois a déposé le plan ambitieux de réduction des émissions de GES de 45% d’ici 2030. Il apparaît évident que nous devons faire un virage important dans l’électrification des transports. De plus, la PasseClimat permettra aux Québécois de voyager partout au Québec pour seulement 365$ par an (1$ par jour). Enfin, la Ligne Lévis-Québec-Lebourgneuf propose un train léger avec une portion sous-fluviale entre Québec et Lévis, pour se rendre de centre-ville à centre-ville en transport en commun.»

Quelle est votre priorité locale pour votre circonscription?

«Un gouvernement du PQ s’engage à ne pas prolonger l’autoroute A-40 ni à aménager un boulevard urbain sur l’emprise réservée par le ministère des Transports du Québec (sur le territoire de L’Ancienne-Lorette).»

En tant que travailleuse sociale, Lucie Villeneuve détient une forte expérience en milieu communautaire ainsi qu’une expertise en problématiques sociales, économiques et culturelles. Son implication a facilité la solidarité entre différents intervenants dans divers dossiers au sujet du logement, du maintien des services de proximité (garderie, écoles, commerces, institutions financières, loisirs et activités culturelles) et de l’emploi. Photo gracieuseté

Lucie Villeneuve, Québec solidaire (QS)

Comment aborder le défi de la pénurie de main-d’œuvre qui affecte l’économie?

«Pour Québec solidaire, il est essentiel de hausser les conditions minimales du travail afin d’assurer une meilleure attraction et rétention de la main-d’œuvre. Entre autres, nous proposons la hausse du salaire minimum à 18$/heure et l’offre de quatre semaines de vacances à tout le monde afin de leur permettre de se reposer et éviter l’épuisement professionnel. Parallèlement, nous devons régler la crise du manque de places en CPE qui empêche plusieurs femmes de retourner sur le marché de l’emploi.»

Quelle option privilégiez-vous pour favoriser la mobilité dans la région?

«Il nous faut un vrai réseau de transport en commun structurant qui permet réellement aux gens de délaisser l’auto-solo. Pour cela, il faut remettre sur les rails le projet initial de tramway de Québec et abandonner les projets du siècle passé comme le troisième lien. Dans le contexte où la transition écologique doit devenir une priorité, l’investissement dans le transport en commun afin de se déplacer entre les banlieues et la ville est plus que nécessaire et permettra une meilleure mobilité des citoyens de La Peltrie.»

Quelle est votre priorité locale pour votre circonscription?

«Il faut s’attaquer à la crise du logement qui empêche beaucoup de résidents d’avoir un milieu de vie de qualité et aux familles de devenir propriétaires. En contrôlant l’augmentation et en mettant en place un registre des loyers, on permettrait aux ménages d’économiser. De plus, La Peltrie a un grand manque à gagner en matière de logement social, ce qui sera corrigé avec un gouvernement solidaire et la mise en chantier de logements sociaux écoénergétiques qui privilégieront la mixité sociale.»

Autres candidats

Les électeurs de La Peltrie retrouveront également sur leur bulletin de vote des candidats d’autres partis, dont Alain Fortin (Climat Québec) et Sandra Mara Riedo (Parti vert du Québec). À noter que la période de mise en candidature se termine à 14h le 17 septembre, soit après la mise sous presse de votre Métro L’Appel. Il est donc possible que d’autres candidats s’ajoutent. La liste complète se trouve sur le site d’Élections Québec.

Comptable de profession, Alain Fortin est résident de L’Ancienne-Lorette. Le porte-couleur de Climat Québec dans La Peltrie a déjà été candidat à la mairie de sa municipalité. Photo gracieuseté

Alain Fortin, Climat Québec (CQ)

Comment aborder le défi de la pénurie de main-d’œuvre qui affecte l’économie?

«Un bassin de travailleurs potentiels reste sous-utilisé au Québec, soit les personnes âgées de 60 à 74 ans. À mes yeux, le Québec devrait s’inspirer du Japon, où le taux d’activité de ce groupe s’élevait à 50,5% en 2019, selon l’OCDE. En 2019, ce taux s’élevait à 31,4% au Québec et à 35,9% pour l’ensemble du Canada. L’explication est fort simple: au Japon, les personnes âgées sont vénérées et honorées, alors qu’elles le sont beaucoup moins ici et sont souvent rejetées. Par contre, combler la moitié de l’écart de 19 points de pourcentage du Québec avec le Japon serait réaliste, ce qui donnerait grosso modo un taux d’activité de 41%.»

Quelle option privilégiez-vous pour favoriser la mobilité dans la région?

«Cesser complètement les subventions aux riches pour les voitures électriques et investir ces sommes dans les transports pour les plus vulnérables. Par exemple le transport des malade vers les services de santé.»

Quelle est votre priorité locale pour votre circonscription?

«Protection des parcs et aménagement des espaces communs. Je compte faire déclarer l’emprise de l’autoroute 40 comme un parc officiel, afin de terminer le débat sur son prolongement potentiel vers L’Ancienne-Lorette. Durant ce processus, je compte aménager l’espace de l’emprise comme il se doit et développer des services différents et nouveau pour les citoyens. Ces services comprendront des parcs à chien, des espaces pique-nique et des aménagements de toute sorte. Ce parc sera en quelque sort le central parc de L’Ancienne-Lorette.»

Métro Média

Articles similaires

Commentaires 0

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.