Actualités
17:05 1 septembre 2022 | mise à jour le: 2 septembre 2022 à 10:36 Temps de lecture: 4 minutes

Des citoyens font pression pour un accès au fleuve à l’est

Des citoyens font pression pour un accès au fleuve à l’est
Photo: Benjamin Aubert/MétroMarcel Paré, Patrick Albert et Daniel Guay, tous trois membres de la Table citoyenne Littoral Est

Phase 4 de la Promenade Samuel-de-Champlain, transformation de l’autoroute Dufferin-Montmorency en boulevard urbain, aménagement d’une forêt urbaine sur l’ancien dépotoir de Beauport et meilleur accès à la Baie de Beauport… Des citoyens de la Table citoyenne du littoral Est de Québec réclament des engagements fermes des différentes formations politiques pour le réaménagement du littoral Est, une zone qu’ils jugent «négligée» depuis plusieurs décennies.

Estimant que les quartiers limitrophes du littoral sont «les parents pauvres en matière d’investissement et d’initiatives» de valorisation depuis la construction de l’autoroute Dufferin-Montmorency «qui a coupé les accès au fleuve» dans les années 1970, le groupe croit qu’il s’agit du secteur de Québec où l’ont retrouve actuellement «le plus grand potentiel de valorisation». «Si on fait ce développement là dans le bon sens, nous aurons des retombées sociales et environnementales de grande envergure. On veut que le réaménagement soit fait à une échelle humaine tout en protégeant l’environnement d’une grande importance et en respectant un tissu social d’une belle mixité», a notamment exprimé l’un des porte-parole de la Table, Patrick Albert.

Sommant les candidats à s’engager à «faire du littoral Est un bijou de notre ville», l’organisation citoyenne a promis qu’elle agirait en «chien de garde» et qu’elle n’hésiterait pas à se faire entendre afin d’éviter que des promoteurs privés s’approprient des terrains dans le secteur. «Ce qu’on veut éviter, c’est qu’on y mène des projets à courte vue qui auraient des effets néfastes importants d’un point de vue social et environnemental, et qui entraîneraient la gentrification du secteur», a-t-il ajouté.

Plus tôt cette semaine, le maire de Québec, Bruno Marchand a fait de la phase 4 de la Promenade Samuel-de-Champlain et de la transformation de l’autoroute Dufferin-Montmorency en boulevard urbain des éléments phares de sa liste d’épicerie en marge de la campagne électorale.

Trois absents, mais un qui retient plus l’attention

Alors que les candidats de Québec Solidaire dans Montmorency et Jean-Lesage, Annie-Pierre Bélanger et Sol Zanetti, ainsi que le candidat du Parti Québécois dans Jean-Lesage, Michael Potvin, étaient présents lors de la sortie médiatique de la Table, les représentants des autres formations politiques brillaient par leur absence. Cependant, c’est l’absence de représentants du gouvernement sortant qui a été le plus remarqué.

«Ça nous inquiète beaucoup qu’ils soient absents malgré les invitations. Ça nous met aussi un petit peu en colère. On a l’occasion dans les prochains mois de faire quelque chose ici. On a déjà un embryon citoyen. On espère que la CAQ suivra le mouvement. On a tenté de convaincre le député de Montmorency et la ministre responsable de la Capitale-Nationale, sans succès. On pouvait penser qu’avec la campagne électorale, ils se mettraient en mode écoute. On est déçu un peu!», a souligné l’un des porte-parole du regroupement, Daniel Guay.

De son côté, le député solidaire sortant dans Jean-Lesage, Sol Zanetti a profité de leur absence pour affirmer que «la CAQ a tenu la Capitale-Nationale pour acquise». «Les investissements en infrastructure pour lesquels ils se sont engagés, ça s’est toujours arrêté aux portes de Beauport. Il n’y a rien pour ces gens-là à date», a-t-il déploré.

bannière élections québec 2022

Articles similaires

Commentaires 0

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.