Actualités
10:03 26 août 2022 | mise à jour le: 26 août 2022 à 10:04 Temps de lecture: 2 minutes

Il y aura du transport scolaire pour la rentrée

Il y aura du transport scolaire pour la rentrée
Photo: Photo gracieuseté - FTAUn règlement est intervenu in extremis dans le dossier du transport scolaire, alors que plusieurs CSS étaient sans contrat de service à quelques jours de la rentrée.

ÉDUCATION – Fin de l’incertitude après une nouvelle ronde de négociation complémentaire. À quelques heures de la rentrée, jeudi, le gouvernement du Québec et la Fédération des transporteurs par autobus (FTA) en sont arrivés à une entente. Les discussions se sont poursuivies intensivement, après un rejet initial mardi. Elles ont permis d’adapter certaines spécificités, notamment pour la région de Montréal.

Grâce à cette nouvelle entente, il a été convenu le transport scolaire doit être assuré dès la rentrée, et ce, à la grandeur du Québec. Il appartient maintenant aux centres de services scolaires (CSS) d’organiser le service le plus rapidement possible.

Aussi, chacun des organismes locaux doit communiquer avec tous les parents dont les enfants bénéficient du transport scolaire sur leur territoire. L’offre sera déployée graduellement à partir de vendredi matin.

Dans la région de Québec, seul le CSS de la Capitale disposait d’une entente triennale encore valide pour 2022. Les autres CSS des Découvreurs, des Premières-Seigneuries et des Navigateurs (Rive-Sud) doivent maintenant s’activer pour assurer le service des autobus jaunes sur leur territoire dès le début de la semaine prochaine.

Faits saillants

  • Les centres de services scolaires et les commissions scolaires sont responsables des négociations avec les différents transporteurs scolaires du Québec.
  • Plusieurs contrats de transport scolaire étaient échus depuis le 30 juin dernier.
  • Les négociations ont été teintées par divers enjeux qui affectent l’industrie du transport scolaire, dont l’inflation et la hausse des dépenses d’exploitation (particulièrement pour le carburant), la pénurie et la hausse des coûts touchant la main-d’œuvre, ainsi que les ruptures de service.

Métro Média

Articles similaires

Commentaires 0

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.