Actualités
07:05 21 juin 2022 | mise à jour le: 20 juin 2022 à 20:10 Temps de lecture: 3 minutes

Complètement « à bout » des nuisances engendrées par Lauberivière

Complètement « à bout » des nuisances engendrées par Lauberivière
Photo: iStockLes citoyens du quartier Saint-Roch n'en peuvent plus des itinérants du quartier Saint-Roch qui errent près des l'organisme.

COMMUNAUTÉ. Un citoyen représentant des résidents du quartier Saint-Roch s’est rendu au conseil municipal lundi soir afin de déposer une pétition afin de faire bouger plus rapidement les élus au sujet des nuisances engendrées par Lauberivière.

Ce n’est pas la première fois que des citoyens viennent dénoncer les problèmes qui sont arrivés dans le quartier en même temps que le déménagement de l’organisme. Ils vivent régulièrement du désordre, du vandalisme et une augmentation de la criminalité au pas de leur porte de leur commerce ou de leur logis. «On est des citoyens fatigués. Ça fait quinze mois que ça dure et on a lancé de nombreux appels qui ne donnent pas de résultats. On adresse notre pétition au ministre de la santé, au PDG du CIUSSS de la Capitale-Nationale et au maire.

L’homme qui représente les citoyens mécontents fait donc un appel à l’aide plus formel pour mettre un terme aux nuisances publiques. « C’est inacceptable et intolérable. Ça prend des soins, pas des joints, pour les personnes intoxiquées qui tournent autour de Lauberivière. Ça prend des mesures de sécurité permanentes. J’ai encore été vandalisé vendredi. On demande finalement un dédommagement pour tout ce qu’on subit. On espère que cette fois-ci, on va être écouté et qu’il y aura des résultats.»

Un plan en route

Depuis son arrivée à la mairie, l’administration Marchand se dit sensible à la situation. La conseillère Marie-Pierre Boucher travaille sur un plan avec les partenaires concernés par la problématique afin de diminuer les nuisances et améliorer la cohabitation entre tous les acteurs du quartier. Mais les commerçants veulent davantage de résultats, et plus rapidement. «On est dans un environnement complexe et on veut travailler avec le réseau de la santé et les partenaires pour agir à long terme, a-t-elle précisé. Le visage de l’itinérance change. On veut laisser personne derrière et on a des objectifs ambitieux.»

Le maire de Québec Bruno Marchand a aussi pris le micro pour expliquer la situation. «Je comprends que les citoyens ne voient pas les perspectives de changement en ce moment. Il y a des villes dans le monde qui atteignent l’itinérance zéro. On veut accompagner les gens d’ici à reprendre du pouvoir sur leur vie. Je sais que ça ne va pas à la vitesse que vous souhaitez. Je vous prie de croire que notre engagement est sincère et qu’on fait des pieds et des mains.»

Articles similaires

Commentaires 0

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.