Actualités
13:57 25 janvier 2022 | mise à jour le: 31 janvier 2022 à 11:45 Temps de lecture: 8 minutes

La plateforme du tramway ne sera pas une muraille infranchissable

La plateforme du tramway ne sera pas une muraille infranchissable
Photo: Capture-écran - TeamsHeureux de dresser l'état des lieux dans le dossier du tramway, le maire de Québec Bruno Marchand entend miser sur la communication et la transparence pour rallier la population.

TRANSPORT. Dans ses efforts en vue de mobiliser les citoyens autour du projet de tramway, le maire de Québec s’est voulu rassurant sur plusieurs points. D’abord et avant tout, Bruno Marchand indique que la plateforme d’insertion ne sera pas une muraille infranchissable qui va diviser les quartiers traversés. D’autres aspects comme le financement et la technologie d’alimentation ont aussi été abordés dans sa présentation de l’état des lieux.

Conscient qu’il reste beaucoup à accomplir dans ce dossier, il insiste pour que cette première communication publique sur le sujet soit perçue «comme un point de départ et non un point d’arrivée». C’est dans cet état d’esprit qu’il entend continuer à informer et à garder le contact avec la population.

Exemple de carrefour sécurisé et signalisé. Illustration gracieuseté – BPTQ

«Un appui de 41%, c’est nettement insuffisant, concède M. Marchand en référence au sondage Léger dévoilé lundi. On doit faire un meilleur travail pour rallier la population. Il y aura d’autres sondages en cours de processus et les résultats seront divulgués. On sera transparent parce qu’il n’y a pas de stratégie politique pour larguer le projet, mais bien pour le bonifier. Attention, on ne recommence pas à zéro. On part d’un projet avancé et nous serons à l’écoute pour bonifier certaines choses.»

Parmi les irritants contournés dans le déploiement de la plateforme qui accueillera le matériel roulant, le Bureau de projet du tramway de Québec (BPTQ) précise qu’il ne s’agira pas d’une barrière. «D’abord, celle-ci sera surélevée d’à peine 15 centimètres sur seulement 25% du tracé. Cela vise à assurer la sécurité lorsque le tramway est intégré à une voie de circulation, notamment comme les boulevards René-Lévesque et Sainte-Anne. Aussi, la traversée des automobiles restera possible à toutes les intersections des grandes artères franchies le long du trajet», indique le directeur Daniel Genest.

De plus, il est prévu de multiplier les carrefours sécurisés et signalisés le long du tracé, en particulier pour les piétons et les cyclistes. Par contre, certaines artères secondaires à circulation modérée (15) et faible (52) verront interdite la traversée de la plateforme centrale. Il en sera de même pour les virages à gauche dans l’axe du tramway. Cela forcera les conducteurs à mieux planifier leurs déplacements. Voilà un aspect majeur où le travail de pédagogie et de vulgarisation de la Ville sera mis à contribution.

Question: comment concilier le désir des citoyens locaux de préserver le maximum d’arbres sur une artère restreinte avec celui des automobilistes de profiter d’une circulation fluide sur une artère élargie? Réponse du maire Bruno Marchand: «tout le coeur du défi est là. C’est pourquoi il est fondamental d’être transparent et de consulter la population, afin de prendre les meilleures décisions.»

Coûts et technologie

Pour la suite du dossier, le maire Marchand confirme une hausse de 600M$ des estimations, ce qui porte le projet à 3,9G$. Celle-ci s’explique par l’inflation, le report des échéanciers et la volatilité immobilière. Il refuse toutefois d’y voir un dépassement de coûts, car le projet n’est pas encore amorcé. La facture peut encore évoluer en fonction des efforts de rationalisation et des ententes avec les partenaires.

La technologie actuelle de ligne aérienne de contact a évolué pour être moins envahissante. Illustration gracieuseté – BPTQ

Le choix de la technologie d’alimentation pourrait également progresser au fil du temps. Pour l’instant, dans un climat comme celui de Québec, c’est la ligne aérienne de contact qui est privilégiée. Celle de l’alimentation par le sol n’est pas adaptée à l’hiver, tandis que celle du stockage d’énergie embarquée n’a pas démontré son efficacité pour une topographie comme ici.

«On vise donc à réduire l’impact des fils électriques pour les intégrer harmonieusement dans le paysage. Pas question d’enlaidir la ville. Si des technologies permettent de faire autrement, on s’en inspirera. Le BPTQ a le mandat d’informer et écouter les citoyens pour que le projet améliore la qualité de vie dans les quartiers touchés», réitère le maire de Québec.

Déterminé à aller de l’avant

À ses yeux, ne rien faire n’est pas une option. «On demande aux politiciens de planifier l’avenir. On ne bâtit pas un projet comme ça pour la réalité d’aujourd’hui, mais pour celle de 2030. D’ici là, souligne-t-il, on anticipe l’ajout de 100 000 déplacements aux heures de pointe dans la région. Tout ce monde-là ne prendra pas nécessairement le tramway, mais celui-ci contribuera à réduire la pression sur le réseau routier.»

«On veut transformer la ville et c’est la bonne façon de le faire. Remettre en question le projet risquerait de faire perdre les appuis financiers engagés par les gouvernements supérieurs. Or, on a besoin de concrétiser ce chantier pour une mobilité accrue, comme outil attractif pour le développement économique, pour notre compétitivité avec les autres grands centres urbains et pour la réduction des GES (60 000 tonnes) sur l’environnement», conclut Bruno Marchand, qui perçoit le tramway comme un outil d’aménagement urbain performant.

Détails techniques

  • Lancement des appels de proposition pour les infrastructures et le matériel roulant prévu au printemps 2022.
  • Le tracé du tramway s’étend d’ouest en est sur 19km, dont 1,8km de lien souterrain entre la basse et la haute-ville.
  • Le chantier du déploiement du réseau structurant de transport en commun s’échelonnera de 2023 à 2028.

Pour plus d’information, il suffit de consulter le site tramwaydequebec.info.

Ce qu’ils ont dit:

«Ceux qui pensaient que j’avais l’intention d’abandonner le projet de tramway, ravisez-vous. Je vais le défendre et le réaliser avec détermination pour les générations qui nous suivent. Je n’agirai pas seul, il faut que les citoyens embarquent et nous maximiserons les occasions de les rejoindre pour rallier la majorité d’entre eux.» – Bruno Marchand, maire de Québec

«Ce que je crois comprendre, c’est qu’il n’y a rien de nouveau. Mis à part que le maire a promis aux citoyens en campagne électorale des améliorations majeures, comme l’enfouissement des fils et le retrait de la dalle de béton, qui sont techniquement impossibles. C’était un beau mirage en campagne électorale, mais voilà que les experts confirment que ce n’est pas viable.» – Eric Ralph Mercier, chef de la 2e opposition

«C’est une belle journée pour le tramway. Dans mon rôle, je n’ai pas peur de critiquer, mais je n’ai pas peur de saluer les bons coups non plus. Aujourd’hui, M. Marchand a envoyé le message qu’il fait des efforts pour prendre en compte les préoccupations citoyennes, notamment sur les fils d’alimentation, la plateforme et les coûts du tramway. C’est une excellente nouvelle.» – Jackie Smith, cheffe de Transition Québec

«Nous sommes ravis de constater que le maire Marchand prend à bras-le-corps le projet de tramway. Un engagement fort et rassembleur, qui mise sur le dialogue, c’est le bon virage à donner à ce projet, qui répond à des besoins criants de mobilité durable dans une perspective de lutte aux changements climatiques. Qui dit leadership positif et rassembleur dit aussi, et surtout, être capable d’être à l’écoute, et c’est exactement ce que nous avons ressenti du maire.» – Étienne Grandmont, directeur général d’Accès transports viables

«On avait vraiment besoin d’un engagement ferme du maire, surtout quand le plus récent sondage nous indique que presque la moitié des répondants se disent peu ou pas familiers avec le projet. Cet état des lieux constitue un geste important, non seulement pour rectifier la situation, mais aussi pour donner le ton pour les mois et années à venir.» – Yvon Charest, président du groupe J’ai ma passe.

Listes des ajustements souhaités dans le déploiement du tramway par la nouvelle administration municipale de Québec. Huit sur 10 sont ou pourront être réalisés. Tableau gracieuseté

Métro Média

Articles similaires

Commentaires 0

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.