Actualités
11:27 30 novembre 2021 | mise à jour le: 30 novembre 2021 à 11:31 Temps de lecture: 3 minutes

Une cour d’école plus propre à Neufchâtel

Une cour d’école plus propre à Neufchâtel
Photo: Photo gracieusetéL'initiative se poursuivra malgré la neige avec toute l'équipe.

Chaque mardi, une quinzaine d’élèves de l’école secondaire Neufchâtel ramassent les ordures qui traînent dans la cour, à leur initiative. Soutenu par l’animatrice de vie spirituelle et d’engagement communautaire de l’établissement scolaire, le projet prend de l’ampleur au nom de l’environnement, pour la plus grande fierté de ces jeunes de 12 à 17 ans.

Catherine Beaudry, animatrice de vie spirituelle et d’engagement communautaire à Neufchâtel, a été émerveillée de voir qu’un élève de l’école avait pris l’initiative de faire le ménage de la cour d’école le mardi soir. «J’ai vu ça et j’ai trouvé que ce n’était pas à lui de payer les sacs», explique celle qui s’occupe déjà du comité Environnement au sein de l’école et qui accompagne désormais les jeunes dans le projet.

Mme Beaudry reste avec eux pendant l’activité, les soutient dans leur démarche et leur offre collations et breuvages après ou avant.

Le projet est l’initiative de Samuel Poulin, un élève engagé de 5e secondaire. «J’ai vu des vidéos de personnes qui ramassaient des déchets et ça m’a donné le goût de le faire ici», mentionne-t-il.

Chaque mardi soir, ils sont une quinzaine à nettoyer la cour. «Même quand la neige va tomber, on va continuer», précise Samuel. Seul l’horaire du ménage a été changé au profit de l’heure du dîner, pour pouvoir travailler à la clarté.

«Plus légers»

«Ça soulage, on se sent plus léger. C’est comme notre bonne action, mais en plus on est ensemble alors on n’a pas l’impression de vraiment travailler», font valoir Milyka Gagné et Alexie Berthiaume, deux élèves impliquées.

Les jeunes ramassent les déchets à l’aide de gants, à raison de trois à quatre sacs par ramassage, chacun destiné à recevoir une matière en particulier. «Ce qu’on trouve le plus, ce sont des masques, des pailles, des cartons de jus… », exprime l’un des participants, Zacharie Gagné.

«Notre but, c’est qu’il n’y ait plus de déchets. Si on est plus nombreux, on aimerait aller un peu plus loin que la cour d’école pour ramasser, dans le quartier», indique Samuel.

ÉcoClean

La partie sensibilisation du projet s’effectue au long terme avec le comité Environnement de l’école que chapeaute Catherine Beaudry.

Le nom du mouvement a été baptisé ÉcoClean. Pour recruter de nouveaux membres, cela se fait par le bouche-à-oreille. On peut aussi manifester son intérêt à participer auprès du comité Environnement ou de n’importe quelle personne-ressource de l’école.

 

 

Articles similaires

Commentaires 0

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.