Actualités
14:51 18 novembre 2021 | mise à jour le: 18 novembre 2021 à 14:51 Temps de lecture: 2 minutes

Ateliers d’écologie financés par des entreprises

Ateliers d’écologie financés par des entreprises
Photo: GracieusetéLes jeunes ont eu le plaisir d'entendre un atelier d'écologie avant de mettre leurs mains dans la terre.

ENVIRONNEMENT. Des ateliers de vulgarisation environnementale ont récemment été offerts à plus de 160 élèves des écoles La Ribambelle, La Farandole et Samuel-de-Champlain par deux organismes grâce à la participation financière d’entreprises de la région.

«Cette année, les ateliers éducatifs ont été donnés par Le Semoir, une initiative de reboisement social et d’écoéducation lancée en 2019 par Arbre-Évolution Coop, et par l’Organisme des Bassins versants de la Capitale», explique Laurence Côté-Leduc, coordonnatrice du Semoir. On sent vraiment que les entrepreneurs veulent en faire plus pour notre jeunesse, qu’ils sont profondément préoccupés par l’avenir qui les attend. S’ils sentent qu’ils peuvent générer un réel impact, les entreprises sont prêtes à contribuer.»

C’est le cas de l’entreprise Éco Cuisine Design, qui a investi 1000$ pour des ateliers à l’école La Ribambelle. «Notre entreprise met de l’avant des valeurs de développement durable avec un concept de rénovation écologique de cuisine, salle de bain ou salle de lavage, rapporte Isabelle de Montigny-Gendron, co-fondatrice de l’entreprise. Nous sommes fiers d’avoir des retombées environnementales dans les écoles et les communautés.»

L’OBV de la Capitale impliqué auprès des jeunes

Grâce à la contribution de la députée de Beauport-Limoilou, Julie Vignola, ainsi que du Fonds d’aide au développement du milieu de la Caisse Desjardins de Beauport, les biologistes de l’Organisme des Bassins versants de la Capitale et les pédagogues du Semoir ont offert des ateliers éducatifs aux élèves de l’école primaire La Farandole et de l’école secondaire Samuel-de-Champlain. Les jeunes en ont appris davantage sur l’importance du verdissement en milieu urbain, le concept de bassin versant ainsi que les différentes étapes du cycle de l’eau. Ils ont ensuite planté des végétaux à l’extérieur. «Lorsqu’on arrive à offrir des ateliers aux jeunes juste avant d’aller se mettre les mains dans la terre, la matière est davantage intégrée, et c’est très formateur», conclut Billie Jazz Marcuzzo Roy, formatrice pour Le Semoir.

Articles similaires

Commentaires 0

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *