Actualités
17:22 3 novembre 2021 | mise à jour le: 4 novembre 2021 à 10:50 Temps de lecture: 3 minutes

Troisième lien: la CAQ doit attendre le BAPE, insiste l’opposition

Troisième lien: la CAQ doit attendre le BAPE, insiste l’opposition
Photo: Photo Josie DesmaraisLe ministre de l’Environnement, Benoît Charette.

Le gouvernement de la Coalition avenir Québec (CAQ) doit attendre l’avis du Bureau d’audiences publiques en environnement (BAPE) avant d’aller de l’avant avec le projet de troisième lien à Québec, affirment les partis d’opposition. Mais le ministre de l’Environnement, Benoît Charette, persiste et signe: le projet aura lieu, quoi qu’en disent les études environnementales.

Pour le ministre, les évaluations environnementales, dont celles du BAPE, ne doivent pas dicter la tenue ou non d’un projet. «Ce sont des évaluations qui, au gré des résultats qui nous seront communiqués, nous permettront d’ajuster certaines façons de faire pour s’assurer d’avoir le minimum d’impacts possibles au niveau environnemental», a indiqué le ministre Charette lors de la période de questions, mardi.

Le Parti libéral du Québec (PLQ) a attaqué le projet de tunnel entre Québec et Lévis, dans sa mouture actuelle. Le parti estime que «le gouvernement doit déposer ses données». Le leader parlementaire des libéraux, André Fortin, déplore que le gouvernement veuille aller de l’avant malgré que «ça coûte 10 milliards de dollars» et que les impacts sur l’environnement et l’étalement urbain n’ont pas encore été évalués.

Avant de se lancer dans le troisième lien, la CAQ devrait minimalement attendre l’avis du Bureau d’audiences publiques sur l’environnement BAPE, estime-t-on. «On ne peut pas commencer un projet sans même avoir des études environnementales, sans même savoir l’impact que ça va avoir, lance M. Fortin. Juste ça, à son fondement, c’est fou braque

Gêne et dogmatisme

Québec solidaire estime que le gouvernement devrait adopter une position de leader en termes de changements climatiques. «Je trouve ça gênant qu’on soit représenté par des gens qui disent: nous, la science, on s’en lave les mains. Le premier ministre aime souvent parler de fierté. Bien ça, ça ne me rend pas fier du tout», soutient le chef parlementaire Gabriel Nadeau-Dubois.

M. Charette fait preuve «de pur dogmatisme», critique le député des Îles-de-la-Madeleine, Joël Arseneau. «On sait que ça veut servir les intérêts électoraux de la CAQ. Dix milliards pour 10 circonscriptions dans la région de Québec, c’est cher payé», dénonce-t-il.

Avant de se rendre à la COP26, François Legault a admis que la construction du troisième lien n’est pas «en ligne avec les objectifs» verts du Québec.

Articles similaires

Commentaires 0

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *