08:22 27 mai 2021 | mise à jour le: 18 octobre 2021 à 14:51 Temps de lecture: 3 minutes

Grève évitée dans le secteur résidentiel

Grève évitée dans le secteur résidentiel
Photo: Métro Média - ArchivesSoulagement pour les acheteurs de résidence qui n'auront pas à subir de retard de livraison en raison d'un conflit de travail. /Photo Métro Média - Archives

NÉGOCIATIONS. Devant le risque d’une paralysie des chantiers de construction résidentielle et l’ajout de délais dans la livraison des habitations, les parties patronales et syndicales ont redoublé d’efforts pour éviter un conflit de travail. Des discussions consensuelles ont porté sur le principal irritant pour les travailleurs consistant au recours à une application mobile de suivi des présences sur les chantiers.

Jugée intrusive pour la vie privée, cette innovation proposée par les entrepreneurs a été vertement critiquée par l’Alliance syndicale. Une nouvelle approche est désormais privilégiée par l’Association des professionnels de la construction et de l’habitation du Québec (APCHQ). Celle-ci aborde l’enjeu des applications mobiles de pointage par le biais d’une solution novatrice bipartite.

Ainsi, un comité est mandaté afin de proposer les dispositions appropriées à inclure à la convention collective 2021-25 d’ici quelques mois. Cette ouverture a pavé la voie vers la signature d’une entente de principe pour le renouvellement de la convention collective du secteur résidentiel.

D’un même souffle, l’APCHQ accepte l’entente survenue à la table des clauses communes à l’ensemble de l’industrie. Celle-ci établit une base solide pour la pérennité future du fonds de pension et du régime d’assurances collectives des travailleurs. De plus, pour en arriver à une solution, il a été décidé d’écarter des discussions la plupart des enjeux normatifs de la table du secteur résidentiel.

«Dans le contexte économique et social actuel, il était de notre devoir d’agir et de trouver une voie de passage afin d’éviter un conflit inutile. Une telle éventualité aurait mené le Québec vers une situation intolérable, avec de graves conséquences pour les milliers de ménages québécois qui sont en attente d’une habitation. L’objectif consistait à en arriver à une entente négociée dans les plus brefs délais», souligne François Bernier, vice-président principal Affaires publiques à l’APCHQ.

Réalité distincte du secteur résidentiel

Selon ce dernier «l’APCHQ a toujours eu à cœur la réalité distincte des chantiers résidentiels et les intérêts des ménages qui font affaire avec les employeurs qu’elle représente. Les dernières ententes conclues sont un nouvel exemple de l’expression de nos considérations pour les particuliers, les travailleurs qui œuvrent dans ce domaine et la société québécoise dans son ensemble».

Au cours des prochaines semaines, l’Association fera connaître à ces 15 200 employeurs membres le détail des ententes de principe conclues à ce jour. Ces derniers seront également convoqués à prendre part au processus de votation visant la ratification des clauses négociées à la table du secteur résidentiel, ainsi qu’au tronc commun de l’industrie de la construction.

Québec Hebdo

Articles similaires

Commentaires 0

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *