Sections

La Villa Livernois: projet de construction à l’étude


Publié le 6 août 2018

«Si la Ville disait c’est beau, mettez la pelle dedans, cela ferait longtemps que ce terrain-là serait vendu»

©Photo Métro Média – Alain Couillard

Deux projets sont à l’étude concernant l’emplacement de La Villa Livernois (2340, boulevard Masson) laissée à l’abandon depuis quelques mois voire quelques années. L’un vise l'implantation d’une centaine d’unités pour personnes âgées et l’autre la construction de 20 à 30 condominiums.

Marc-Antoine Lavoie, vice-président chez Immeubles Tandem, précise qu’un possible acquéreur est en discussions avec un architecte afin de déterminer la faisabilité du projet et l’aménagement du site historique. Il est important, pour l’éventuel propriétaire, de s’assurer que ce projet domiciliaire est viable en fonction du nombre d’unités de logements envisagé.

Le v.-p. ajoute que l’acquéreur aura l’obligation de restaurer la partie principale de La Villa Livernois, protégée par la Ville, qui possède une valeur patrimoniale supérieure. «Nous n’avons pas le choix de la conserver puisqu’elle est ancestrale. C’est la section d’à côté, contenant les motels, qui sera démolie et réaménagée», précise M. Lavoie.

Ce n’est pas la première fois que des promoteurs souhaitent acheter le terrain, concède M. Lavoie. Il y a quelques années, un politicien avait démontré un intérêt pour assurer l’avenir et la conservation de ce site. «C’est une restauration très difficile et on sait que faire affaire avec le gouvernement c’est plus compliqué parfois.»

La Ville de Québec adoptait une modification au règlement, à l’automne 2014, visant l’obligation de conserver le bâtiment principal antérieur à l’année 1910. Elle s’assurait que La Villa Livernois ne pouvait être détruite pour faire place à un projet immobilier. Construite en 1905 dans un secteur dédié à l'agriculture et à la villégiature, la villa est associée à la famille de photographes Livernois. Sa valeur patrimoniale repose également sur son intérêt architectural néo-Renaissance italienne à Québec.

À cela s'ajoute un corps de bâtiment secondaire récupéré de la maison qui occupait à l'origine les lieux, dont la date de construction remonterait aux années 1880. La Villa Livernois compte parmi les plus vieux bâtiments du quartier Les Saules.

Petite histoire de la villa

De sa construction jusqu'au début des années 1960, la maison est demeurée une résidence unifamiliale, passant de maison d'été à une résidence permanente. En 1963, elle devient un lieu d'hébergement pour les religieuses auxiliaires franciscaines.

Cette section des motels, telle qu’elle était en septembre 2014, sera éventuellement démolie pour laisser la place à la nouvelle construction.
Photo – Archives

En 2010, le bâtiment est vendu au Séminaire missionnaire diocésain international Redemptoris Mater de Québec qui héberge des séminaristes étrangers pour leur formation religieuse tout en continuant à loger quelques religieuses retraitées.