Sections

La mission de Mouvement Mont Sainte-Anne

Publié le 6 août 2018

Le Rodéo Mont-Sainte-Anne est en expansion, la deuxième édition ayant eu lieu du 19 au 22 juillet

©Photo gracieuseté – Lise Lafond

La récente entité Mouvement Mont Sainte-Anne, dévoilée en février dernier, allouera des investissements significatifs à des événements qui mettront en valeur la destination.

De l’ordre de 43 000$, l’enveloppe octroyée conjointement par la MRC de la Côte-de-Beaupré et Développement Côte-de-Beaupré via le Programme de soutien aux événements Mouvement Mont Sainte-Anne œuvrera notamment à faire rayonner la destination à l’international. Le programme de soutien aux événements, cette initiative de concertation d’intervenants économiques provenant du public et du privé, s’assure principalement de l’animation de la région.

Bernard Paré, directeur général de Développement Côte-de-Beaupré, explique que la destination Mont Sainte-Anne est idéale pour adopter de saines habitudes de vie. «Notre objectif est de magnifier l’ADN de plein air de notre région auprès des touristes et des citoyens», précise-t-il.

Il espère en effet qu’un plus grand nombre de visiteurs choisissent la région comme destination touristique en villégiature, afin d’en maximiser les retombées.

C’est un comité formé de partenaires du milieu qui a recommandé les investissements, à la suite d’un appel de projets ayant eu lieu à l’automne dernier. Plus précisément, ce sont cinq événements qui ont été choisis comme étant susceptibles de favoriser le prolongement de la saison touristique.

Ont été retenus le Québec Mega Trail, événement de course en sentiers, le Rodéo Mont-Sainte-Anne, qui en était à sa deuxième édition cette année, le Québec Singletrack Expérience, qui met en vedette le vélo de montagne, le Vélirium, coupe du monde de cross-country et de descente en montagne, ainsi que le Vélo Jam Mont-Sainte-Anne.

«On n’hésite pas à allouer une somme afin de supporter des événements émergents qui ont un potentiel événementiel intéressant pour faire croître la région», explique M. Paré.