Sections

Le prolongement de l'autoroute 40 analysé de nouveau


Publié le 13 juillet 2018

La nouvelle étude sur l'utilité de prolonger l'autoroute 40 devra notamment évaluer les effets sur la fluidité de la portion entre Henri IV et le boulevard des Chutes.

©(Photo Métro Média – François Cattapan)

TRANSPORT. Revenue dans l'actualité à la faveur des pressions réclamant l'implantation d'un troisième lien interrives, la pertinence du prolongement de l'autoroute Félix-Leclerc (40) sera évaluée. Le gouvernement du Québec a lancé un appel d'offres afin que soit réalisée une étude des besoins.

Cette étude concernera plus précisément l'évaluation du bien-fondé et des impacts de l'aménagement du corridor, entre la route de Fossambault à Saint-Augustin et l'autoroute Henri-IV (73) à Québec. La firme externe retenue aura pour mandat de mettre à jour une précédente étude réalisée au début des années 2000, concernant des terrains expropriés par le Ministère des Transports du Québec (MTQ) il y près de 50 ans.

La nouvelle analyse devra considérer l'ensemble des composantes du territoire (mobilité régionale, infrastructures routières, milieu bâti, milieu naturel, etc.) et leurs interrelations. Le mandat vise à établir le portrait de la problématique actuelle et future en vue de juger de la nécessité d'intervenir pour l'aménagement de ce corridor. Les résultats seront connus en 2019.

Crainte et enthousiasme

Même si le ministre responsable de la Capitale, Sébastien Proulx, a évoqué la possibilité «d'aménager le corridor en boulevard urbain», la Ville de L'Ancienne-Lorette demeure catégoriquement opposée au projet. Le maire Émile Loranger a maintes fois pris position publiquement contre l'idée, en plus de réclamer au MTQ que les terrains soient rétrocédés afin d'y permettre du développement résidentiel.

C'est le détour vers l'autoroute Charest que les partisans du prolongement espèrent éviter.
(Carte gracieuseté – MTQ)

À l'opposée, le maire de Saint-Augustin se réjouit de la nouvelle étude, convaincu de la pertinence de prolonger l'autoroute 40 vers sa municipalité. Une résolution favorable a été adoptée au conseil municipal l'hiver dernier. Sylvain Juneau y voit «une occasion de désengorger le réseau routier» de sa ville, ainsi que les autoroutes Charest et Henri IV, en plus d'améliorer la desserte du parc industriel François-Leclerc. À l'hôtel de ville de Québec, on laisse le MTQ faire ses études sans se prononcer sur le dossier.

Enjeux à considérer

-Le prolongement de l'autoroute 40 diviserait le territoire de L'Ancienne-Lorette.

-Impact sur la congestion plus fréquente sur l'autoroute Félix-Leclerc.

-Le corridor ciblé traverse le bassin versant de la rivière Lorette.

Métro Média