Sections

La vitesse inquiète les citoyens

Un enjeu de sécurité sur Seigneuriale


Publié le 17 mai 2018

L'étroitesse de la rue est facilement perceptible pour une rue qui circule à deux sens

©Photo Métro Média – Jean Carrier

Une demande citoyenne pour le réaménagement de la rue Seigneuriale entre la rue Des Cascades et l'Avenue Royale est présentement à l'étude par la Ville de Québec.  

La situation perdure depuis près de 18 mois et des citoyens se sont fait entendre au dernier conseil d'arrondissement de Beauport. Selon eux, la sécurité est simplement déficiente. Il y a trop de trafic dans cette portion de rue trop étroite, les automobilistes roulent trop rapidement et les trottoirs sont trop étroits pour y circuler adéquatement.

Dans un document étoffé, qui exige le réaménagement de ce tronçon, on peut y lire une lettre de Postes Canada, datant du 15 novembre 2016, qui stipule qu'un côté de cette portion de la rue Seigneuriale devra prendre livraison du courrier dans une boîte postale communautaire parce que l'agent de livraison n'est pas en sécurité. La norme de livraison exigée par Postes Canada est 4,5m d'espace et les données donnent un résultat de 3,1m d'espace pour plus de 80 véhicules en 15 minutes.

Une pétition a été signée par 37 personnes (98% des résidents du quartier), qui dénombrent plusieurs jeunes, et a été par la suite remise au conseiller municipal Jérémie Ernould. 

Jérémie Ernould assure que les réponses arrivent pour les résidents du secteur
Photo Métro Média – Jean Carrier

Pour Jean-François Pépin-Fillion, habitant du secteur et père de trois enfants, le processus est trop long. «Nous avons commencé les démarches en 2016 et plusieurs plaintes ont été déposées auprès de la Ville. Nous avons fourni aux élus un document étoffé et nous attendons des réponses.»

Le réaménagement proposé demande une réduction de la limite de vitesse permise, un élargissement des trottoirs et que le tronçon devienne un sens unique en raison de l'étroitesse de la rue.

Le ton monte

Le conseil d'arrondissement de Beauport a donné lieu à des échanges acerbes entre Jean-François Gosselin, conseiller municipal de Sainte-Thérèse-de-Lisieux, et Jérémie Ernould, conseiller municipal de Robert-Giffard, sur le sujet. M. Gosselin a accusé la Ville et le conseiller Ernould de ne pas assez se dépêcher sur un enjeu qui affecte la sécurité des enfants.

M. Ernould a répondu poliment à M. Gosselin de se mêler des problèmes de son district. Il a ajouté que la situation est complexe et que les analyses poussées de la Ville sont attendues à la fin mai. «Des mesures ont été prises par l'administration pour assurer la sécurité des citoyens, dont une présence accrue des policiers dans le secteur.  Il est attendu que les citoyens aient des réponses adéquates très prochainement. Je sais que ce n'est pas des réponses qu'on aime entendre dans ce genre de situations, mais les solutions vont arriver avec le résultat des analyses», a terminé celui qui est en place dans Robert-Giffard depuis 2013.  

L'étroitesse de la rue est facilement perceptible pour une rue qui circule à deux sens

©Photo Métro Média – Jean Carrier