Sections

Un nouveau domicile pour Boiseries Bégin


Publié le 8 octobre 2018

Denis Bégin avec les plans de sa nouvelle bâtisse.

©(Photo Métro Média – Jean Carrier)

INVESTISSEMENT. Denis Bégin, propriétaire de Boiseries Bégin sur le boulevard Armand-Paris, vient de faire l'acquisition d'un terrain vacant dans le parc industriel nord de Beauport. Ayant front sur la rue Arthur-Dupéré, il est partagé par le futur déménagement de son entreprise. 

«Les affaires vont bien et j'ai besoin de plus d'espace pour continuer notre expansion. Cependant, je suis vraiment déçu de l'accueil de la Ville. En investissant près de 4M$, je m'attendais à plus d'accommodements de leur part», souligne l'entrepreneur.

Le rond-point qui arrête avant le terrain et la façade du nouvel édifice.
(Photo Métro Média – Jean Carrier)

Le problème est que la rue Arthur-Dupéré se termine avec un rond-point avant la façade de son commerce. Sa demande à la ville pour continuer la rue de quelques mètres pour déplacer le rond-point devant son commerce a été refusée. «Je ne demande pas un rallongement de la rue jusqu'au Boulevard Raymond, j'aimerais simplement qu'il déplace le rond-point pour faciliter mon entrée et la vie aux clients. J'étais même prêt à payer de ma poche, mais le processus est tellement complexe que j'ai arrêté.»

Le dirigeant souligne aussi la lourdeur bureaucratique des décisions prises dans son projet. «Je ne veux pas me mettre la Ville à dos, mais le processus décisionnel a été très long afin d'acquérir le terrain. J'étais prêt l'an dernier et il a fallu que j'attende jusqu'à cette année. Ils ont manqué l'occasion de collecter 120 000$ de taxes en opérant plus rapidement et ils auraient pu prendre 25 000$ de ce montant pour m'accommoder. Au lieu de cela ils m'ont dit qu'ils n'avaient rien à y gagner.»

Ceux qui pensent que l'homme d'affaires avait simplement à trouver ailleurs pour s'installer ne connaissent pas l'attachement de Denis Bégin pour Beauport. «J'ai évidemment regardé ailleurs, mais j'ai vécu toute ma vie à Beauport et j'emploie 18 personnes qui en majorité viennent aussi de la place, je n'avais pas 50 options envisageables.»

Calmer le jeu

Le président de l'arrondissement, Stevens Mélançon, connaît bien les tenants et aboutissants du projet. «Ce n'est pas la politique de la Ville de toucher aux infrastructures. Il faut une raison différente pour pouvoir déplacer un rond-point. Cependant, ce ne sont pas toutes les avenues qui ont été explorées. Il y a des subventions que M. Bégin peut aller chercher pour s'occuper de ça lui-même et je serai là pour l'aider.»

En s'installant dans le parc industriel nord de Beauport, les Boiseries Bégin vont passer de 8600 pieds carrés à 26 000 pieds carrés. La fin des constructions est prévue pour l'été 2019.