Sections

À la découverte de mystérieuses bestioles

Publié le 11 octobre 2018

ACTIVITÉ. La Bibitte Mobile, une boutique interactive qui se spécialise en entomologie, a ouvert ses portes à la mi-septembre, elle qui s’est récemment implantée à Sainte-Catherine-de-la-Jacques-Cartier.  

Fort de sept années d’expérience dans le monde des insectes et de la naturalisation, Pierre-Olivier Ouellet a lancé son entreprise de service éducatif à domicile au début des années 2010. Avec comme principale volonté de faire part de sa passion au grand public, ce dernier a commencé à faire le tour des écoles avec son insectarium ambulant.

Le succès de l’initiative s’est traduit en une croissance de l’offre d’insectes, résultant finalement en la création de l’annuel Festival des insectes à l’Aquarium de Québec. C’est donc par manque d’espace pour ses quelque 400 cadres que M. Ouellet a choisi de louer un local qui lui servirait d’entrepôt.

«Pierre-Olivier a toujours eu la fibre entrepreneuriale et l’ouverture de cette boutique ne constitue en rien sa vache à lait, plutôt une occasion de plus de partager sa passion», explique Ève Dufour-Savard, assistante-gérante de la compagnie et gérante de la boutique, toutes deux nommées La Bibitte Mobile.

Selon elle, l’offre impressionnante d’insectes en démonstration est ce qui distingue par-dessus tout La Bibitte Mobile des autres insectariums reconnus au pays.

«On a environ 400 tiroirs remplis d’insectes naturalisés ici, parce que Pierre-Olivier avait le désir que les gens soient abasourdis par le nombre de variétés», souligne-t-elle, ajoutant qu’une bonne partie de ces spécimens ont été capturés par M. Ouellet lui-même, lors d’expéditions dans plus de 33 pays.     

La Bibitte Mobile prévoit ouvrir des plages horaires de réservation pour la tenue de fêtes d’enfants.
(Photo Métro Média – Émilie Pelletier)

Le volet éducatif de la boutique confère lui aussi à La Bibitte Mobile une certaine unicité. La détentrice d’un diplôme collégial en bioécologie ajoute que même l’insectarium de Montréal n’offre pas le service de manipulation. «Souvent, les gens ne font pas manipuler leurs insectes, parce qu’ils n’en n’ont qu’un de chaque sorte, mais ici, Pierre-Olivier a développé une expertise dans l’élevage d’insectes», établit Mme Dufour-Savard. À la boutique située sur la route Fossambault, au contraire, les gens peuvent prendre dans leurs mains tout ce qui est vivant, tel que le serpent et la tarentule. Quant aux reptiles comme le gecko et le caméléon, ils peuvent être nourris sur place par les visiteurs, tandis que quatre espèces comestibles peuvent être dégustées par ces derniers.

«Notre équipe est contre les Powerpoint, donc on veut que nos services soient le plus interactifs possible, en présentant aux jeunes que les insectes sont des êtres fragiles, mais extrêmement résilients et qu’ils représentent l’avenir», insiste-t-elle.