Actualités
03:34 25 novembre 2016 | mise à jour le: 25 novembre 2016 à 03:34 Temps de lecture: 2 minutes

L’opération VACCIN est lancée

POLICE. Dans le but de réprimander les automobilistes avec les facultés affaiblies par l’alcool ou les drogues, les services policiers prendront les mesures nécessaires du 24 novembre 2016 au 2 janvier 2017, dans le cadre de l’opération VACCIN, dont l’acronyme signifie «Vérification accrue de la capacité de conduite – Intervention nationale».

À l’approche du temps des fêtes, les soirées entre collègues de travail et les partys de famille seront nombreux, alors les policiers et la Société de l’assurance automobile du Québec (SAAQ) tiennent à rappeler aux citoyens que «L’alcool ou la drogue au volant, c’est CRIMINEL».

Jeudi soir, à partir de 20h, à Valcartier et au Lac-Beauport, des barrages routiers ont eu lieu. Au cours des deux heures de surveillance, des centaines d’automobilistes ont été testés, et une poignée a été arrêtée (les chiffres exacts seront livrés ultérieurement).

«Les interceptions spontanées des patrouilleurs seront menées de façon intensive afin de détecter et d’arrêter les personnes dont la capacité de conduite est affaiblie. Rappelons que les policiers utilisent différentes techniques et outils pour détecter la drogue et l’alcool chez les conducteurs», peut-on lire dans une missive de la SQ envoyée aux médias.

Pour la campagne VACCIN, le public visé est principalement l’entourage des consommateurs. Par exemple, si vous accueillez des gens à la maison, il vous est demandé de surveiller vos invités avant que ceux-ci prennent le volant.

Plusieurs alternatives sont à votre disposition pour y parvenir. La SAAQ en énumère quelques-unes : offrir l’hospitalité, être conducteur désigné, appeler un service de raccompagnement, payer le taxi, prendre les clés et insister en groupe.

En 2015, l’opération VACCIN a, en moyenne, permis d’arrêter 21 conducteurs quotidiennement. Selon la SAAQ, dans environ 80% des cas de collision, le conducteur impliqué et reconnu coupable d’une infraction liée à l’alcool au volant n’était pas un récidiviste.

Québec Hebdo

Articles similaires

Commentaires 0

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *