Actualités
20:42 30 juin 2017 | mise à jour le: 30 juin 2017 à 20:42 Temps de lecture: 3 minutes

Pow Wow de Wendake: fêter le Canada, mais pas la constitution

150e DU CANADA. Même si la nation huronne-wendat est ouverte à fêter le 1er juillet, elle ne tient pas à fêter l’anniversaire de l’Acte de l’Amérique du Nord britannique de 1867 qui a oublié les Premières nations parmi les peuples fondateurs du pays.

Le Pow Wow a commencé par des danses traditionnelles de la nation huronne-wendat interprétée par la troupe Sandokwa.

(Photo TC Media – Prisca Benoit)

Le 52e Pow Wow de Wendake s’ouvrait dans la controverse vendredi après-midi. Le Grand chef de la nation huronne-wendat, Konrad Sioui, avait fait savoir plus tôt cette semaine le refus de sa nation de participer aux célébrations entourant le 150e du Canada. L’événement figure pourtant à la programmation de la fête canadienne.

«En 1867, la constitution de l’époque a été entérinée par deux peuples fondateurs, les Français et les Anglais, des deux ordres de gouvernement, relate-t-il, en soulignant que les représentants des peuples des Premières nations n’y étaient pas. Tout ce qu’on demande, c’est non pas de ne pas fêter le Canada, mais c’est éventuellement, s’il y a des discussions constitutionnelles, cette fois-ci, de nous impliquer et de reconnaître nos nations, nos traités et notre autodétermination.»

Il comprend les peuples des premières Nations qui se sont déplacés à Ottawa pour manifester leur désaccord envers la tenue du 150e. «C’est normal qu’il y ait des premières nations et des peuples autochtones au Canada qui se demandent qu’est-ce qu’on fête vraiment, parce que la constitution de 1867 nous a fait défaut.» Il souligne néanmoins l’intervention du premier ministre Justin Trudeau qui est allé à leur rencontre. «Qui faisait ça auparavant? Lui, il est allé les rencontrer et il est allé jaser avec eux autres. Je suis sûr et certain que ça va donner un effet positif.»

Les deux hommes se sont présentés côte-à-côte en conférence de presse.

(Photo TC Media – Prisca Benoit)

Fêter quand même le Canada

Ce n’est pas une raison selon Konrad Sioui pour ne pas célébrer le pays. «Il n’y a pas personne au monde qui veut plus fêter le Canada que la nation huronne-wendat, parce que nous avons donné ce nom à ce pays. C’est la nation huronne-wendat, avec le grand chef huron Donnacona qui a appelé ça le Canada.» Des propos qui raisonnent chez le ministre de la Famille du Canada, Jean-Yves Duclos, qui dit comprendre la position du grand chef. «On ne fête pas le Canada qui est exclusif, résume-t-il. Le Canada doit être inclusif.»

Même si le gouvernement canadien a mis le Pow Wow de Wendake à sa programmation officielle et que la nation huronne-wendat a reçu des sommes du Fonds Canada 150 pour des nouvelles infrastructures, le ministre Duclos ne voit pas de problème à ne pas souligner le 150e de la constitution. «Chacun a le droit de fêter le Canada comme il veut le fêter, soutient-il. Il n’y a personne ici qui est obligé de fêter la fête du Canada d’une manière particulière.»

Le Pow Wow de Wendake se tient jusqu’au 2 juillet prochain. Plusieurs compétitions de danses et de tambours se tiendront tout au long du week-end. Les membres des Premières nations, les citoyens de Québec et les touristes de l’extérieur pourront aussi se promener à travers les différents kiosques d’objets d’art et d’artisanat ainsi que goûter aux traditions culinaires de la nation.

Articles similaires

Commentaires 0

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *