Actualités
21:00 24 mars 2017 | mise à jour le: 24 mars 2017 à 21:00 Temps de lecture: 3 minutes

Les gouvernements sollicités pour un Club Med au Massif de Charlevoix

PROJET. Dans la mesure où les gouvernements du Québec et du Canada souhaitent participer au projet coûtant 120M$, un Club Med verra le jour au Massif de Charlevoix. Pour l’instant, les réponses gouvernementales se font toujours attendre.

Claude Choquette et Daniel Gauthier, pdg et propriétaire du Massif de Charlevoix.

(Photo TC Media – Charles Lalande)

Le Forum des élus de la Capitale-Nationale, regroupant les villes de Québec et de Lévis ainsi que les MRC de Charlevoix, Charlevoix-Est, de La Côte-de-Beaupré, de L’Île-d’Orléans, de La Jacques-Cartier, de Portneuf et la Nation Huronne-Wendat, a appuyé l’entente avec le Club Med, qui profitera à l’ensemble de la Vieille Capitale, croit le maire Régis Labeaume.

«Les retombées économiques seraient extraordinaires, pas seulement à Charlevoix. Tout le monde en profitera. Quand je pense que le Club Med va s’établir à une heure du centre-ville de Québec, je trouve cela extraordinaire. Notre objectif, au point de vue touristique, a toujours été de faire tourner la roue douze mois par année», a lancé M. Labeaume.

Les négociations entre les bonzes du Club Med et ceux du Massif de Charlevoix ne datent pas d’hier. En fait, le projet est sur la table puis cinq ans. À un certain moment, les discussions ont achoppé, mais la députée de Charlevoix-Côte-de-Beaupré, Caroline Simard, qui est également l’adjointe parlementaire de la ministre du Tourisme, tenait mordicus au projet. Alors, les gens d’affaires ont poursuivi les pourparlers, pour finalement aboutir à une entente au mois d’août 2016.

«Il ne faut pas manquer l’occasion. Je veux juste leur dire que l’impact sera beaucoup plus large qu’ils le pensent. Il sera local, régional et national», a averti le maire de Québec aux gouvernements provincial et fédéral.

Les pdg et propriétaire du Massif de Charlevoix, Claude Choquette et Daniel Gauthier, n’ont pas voulu dévoiler les montants réquisitionnés auprès des deux paliers gouvernementaux.

«L’investissement totalisant 120M$ prévoit la construction d’un hôtel de 300 chambres à la base de la montagne et générera 65 000 jours/ski additionnels. Sans l’argent du public, l’entente tombe à l’eau», a fait savoir M. Gauthier.

«Que vous voyez petit…»

Au cours de la période de questions, Régis Labeaume a paru irrité par la question d’un membre de la presse, qui lui avait demandé s’il craignait de mettre les autres stations de ski en rogne.

«Monsieur, que vous voyez petit. Dites-vous bien que les 65 000 qui vont venir ici [au Massif de Charlevoix] vont aller ailleurs. Vous n’êtes pas là du tout. Désolé de vous dire cela. Un petit cours d’économie ferait du bien.»

Puis, le maire a calmé le jeu en y allant d’une touche d’humour alors qu’un autre confrère allait le questionner sur le sujet. «En passant, je suis venu en hélicoptère et j’ai pris deux ou trois Coke diète».

Une déclaration qui résume bien la dernière semaine à l’hôtel de ville de Québec, où son tour dans l’hélicoptère TVA et les boissons à la bouffe de rue ont fait énormément jaser.

Le maire de Québec, Régis Labeaume.

(Photo TC Media – Charles Lalande)

Québec Hebdo

Articles similaires

Commentaires 0

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *