Actualités
16:33 10 mars 2017 | mise à jour le: 10 mars 2017 à 16:33 Temps de lecture: 3 minutes

70 matelas neufs pour Lauberivière

DONS. Le refuge pour hommes et femmes sans-abri Lauberivière pourra renouveler l’ensemble de ses lits grâce à un don de Matelas René.

Jacques René, directeur des opérations pour les boutiques AuLit et Éric Boulay, directeur général de Lauberivière.

(Photo TC Media – Monica Lalancette)

Les livreurs ont amené la marchandise vendredi matin. Pour le directeur général de Lauberivière, Éric Boulay, c’est « un cadeau du ciel ». Lauberivière devait composer avec des matelas qui étaient « vieux » ou « très vieux », illustre M. Boulay. Même les matelas les plus récents étaient « déjà craqués ».

Dans les prochains jours, des éléments de literie et des lits métalliques viendront s’ajouter au don de 70 matelas, grâce à l’engagement de Textile Gauvin et du fabricant Julien Beaudoin. Rallier les deux partenaires de la Beauce et du Centre du Québec s’est fait sans difficulté, raconte Jacques René, directeur des opérations pour les boutiques AuLit. « Même si on n’est pas de Québec, Lauberivière, on en entend parler de partout! », témoigne l’entrepreneur du Centre-du-Québec.

Après avoir connu du succès avec sa nouvelle boutique de Québec, Matelas René a voulu redonner à la communauté, explique le directeur des opérations, selon qui cela passe par un soutien à des organismes qui ont fait leurs preuves, comme Lauberivière : « On ne vient pas leur sauver la vie, mais c’est comme un petit plaster qu’on vient mettre ».

Jacques René espère que le don inspirera d’autres entreprises à s’engager au profit du refuge.

Les nouveaux matelas seront placés dans les chambres dès le lundi 13 mars.

(Photo TC Media – Monica Lalancette)

Achalandage record

Lauberivière fonctionne à plein régime, rapporte le directeur général, qui estime que le refuge est passé d’un taux d’occupation de 76% à 96% en quatre ans. Encore jeudi, tous les lits étaient occupés. « Je vous dirais qu’en 2016, ça a été notre plus grande année d’achalandage. Et 2017, le début, ça a été très achalandé ». Éric Boulay parle même de « record de taux de refus », alors qu’en septembre, jusqu’à 18 personnes ont dû être déménagées, faute de place.

Québec gagnerait à ajouter des lits et des services pour les personnes sans-abri, plaide-t-il, puisque les organismes parviennent difficilement à répondre à la demande.

TC Media 

Articles similaires

Commentaires 0

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *