Culture
1:00 28 novembre 2018

Le projet du duo Kinkead prend forme

MUSIQUE. Henri et Simon Kinkead sont inséparables depuis qu’ils ont cohabité dans le ventre de leur mère, au milieu des années 1990. C’est pour faire un clin d’œil à cette rencontre originelle que les jumeaux ont intitulé leur premier mini-album 1995, marquant le début d’une nouvelle aventure musicale.

Les jumeaux Kinkead ont l’intention de mener loin leur projet musical.

(Photo Métro Média – François Cattapan)

Le duo Kinkead se veut la somme de plusieurs expériences précédentes. En fait, même s’ils sont au début de la vingtaine, les deux frères cumulent déjà pas mal de millage. «On fait de la musique ensemble depuis toujours, lancent-ils en riant. Amateurs de guitare dès l’âge de 7 ans, nous avons commencé à monter des groupes et à participer à des spectacles quand nous avions à peine 10 ans.»

Depuis le secondaire, les gars originaires de Cap-Rouge qui habitent désormais à Sainte-Foy se sont démarqués au sein de leur formation baptisée Gilles. Ils ont notamment participé à de nombreux concours amateurs. «Recentrés depuis un an sur notre projet de duo, nous avons été retenus parmi quatre lauréats au volet Pro de l’Ampli de Québec. La bourse de 4000$ et le mentorat qui vient avec permettront d’apprivoiser le fonctionnement de l’industrie.»

Un apprentissage qu’Henri et Simon souhaitent fructueux pour se rendre aussi loin que leur permettra leur inspiration et leur originalité. Marqués durant leur jeunesse par plusieurs artistes et groupes pop-rock, ils précisent avoir été particulièrement influencés par les propositions francophones de Marc Déry, Vincent Vallières et Karkwa. Ça s’entend dans ce que propose Kinkead dans ses premières chansons.

Henri et Simon Kinkead bourlinguent sur la scène musicale de Québec depuis leur jeune âge.

(Photo Métro Média – François Cattapan)

Performance

En formule duo, les jumeaux privilégient de s’accompagner avec guitare, basse, synthétiseur et pistes préprogrammées. Toutefois, ils n’utilisent pas de trames sonores afin de préserver au maximum l’aspect performance en direct. «Pour les spectacles à venir, on optera pour la formule band plus complète, avec ajouts de cordes et de percussions, pour offrir des arrangements plus travaillés et fidèles à nos chansons.»

D’ici là, Henri et Simon présenteront leur matériel en version intimiste lors du lancement officiel de leur mini-album 1995, le jeudi 29 novembre au Maelstrøm. Parents, amis et supporteurs sont attendus en nombre à ce spectacle en formule cocktail 5 à 7. Ce rendez-vous a lieu la veille de la sortie de l’opus sur toutes les plateformes numériques sous l’étiquette Artifice. L’œuvre a bénéficié de la contribution de Louis-Étienne Santais (Fjord) aux claviers, d’Alex Ouzilleau à la guitare, d’Alex Kirouac (Kaïn) à la batterie et de Margaux Sauvé (Ghostly Kisses) au violon.

À court terme, les frangins Kinkead comptent maximiser leur participation à des concours et festivals musicaux. Un projet d’album complet est envisagé pour l’automne 2019. Entre temps, ils espèrent que leur offrande initiale servira de carte de visite pour ouvrir les portes et gravir les échelons de l’industrie. Car les gars sont déterminés et ne cachent pas leur ambition de se rendre au gala de l’ADISQ un jour et de remporter des trophées comme révélation de l’année. Une chose est claire pour eux, la scène culturelle québécoise est effervescente et ils veulent en faire partie.

Spectacle de lancement

Le jeudi 29 novembre, formule 5 à 7, au Maelstrøm Saint-Roch (181, rue Saint-Vallier Est, à Québec). Présentation des chansons de 1995: Plus tard; Besoin d’air; Tour du monde; Dauphin; et La plage.

François Cattapan


Commentaires 0

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Articles en vedette