Actualités
4:13 19 novembre 2018

La population s’exprime

MOBILISATION. Quelque 150 personnes ont assisté à la soirée de consultation publique de la Commission scolaire de la Capitale concernant une modification du statut de l’école Cardinal-Roy le mardi 30 octobre. Dans l’ensemble, les avis étaient très partagés, les pour alléguant que cela assurait une clientèle scolaire stable alors que les contre dénonçaient la perte de leur école de quartier.

Le message était clair pour des résidents du quartier.

Photo Métro Média – Alain Couillard

Au total, des 60 mémoires reçus, 25 ont été présentés aux commissaires et divers comités de parents présents dans la grande salle de l’établissement scolaire. Chacun des intervenants avait une dizaine de minutes pour s’exprimer. Il s’en dégage des avis partagés, certains étant pour la transformation de l’école en établissement essentiellement sport-art-études alors que d’autres veulent conserver leur école de proximité souhaitant même un retour des 3e, 4e et 5e secondaires. Cette année, 854 élèves sont inscrits à l’établissement scolaire dont 56 au 1er et 2e secondaire, 48 autres en cheminement particulier continu et 750 élèves du 1er au 5e secondaire en sport-art-études.

La soirée de consultation publique s’est déroulée dans le calme à l’école Cardinal-Roy.

Photo Métro Média – Alain Couillard

Parmi les éléments favorables au changement de statut, plusieurs intervenants ont affirmé qu’il était la meilleure réponse pour offrir un programme sport-art-étude aux personnes moins nanties. De plus, il permettrait de maintenir voire même d’augmenter une clientèle scolaire qui était en diminution depuis quelques années. Un entraîneur a précisé avoir reçu plusieurs fois des commentaires de parents indiquant que le programme sport-art-étude avait permis de sauver leur enfant. La direction de l’école secondaire Vanier s’est prononcée favorable à la demande puisqu’elle voit d’un bon œil l’arrivée d’une nouvelle clientèle.

Concernant les personnes et organismes s’étant prononcés contre le changement de statut, des intervenants ont rappelé l’importance de conserver la proximité de l’école de quartier. D’autres ont déploré le fait que cette modification allait surtout favoriser les familles mieux nanties. Une intervenante a indiqué que 35% des élèves inscrits à l’école Cardinal-Roy ne résidaient pas sur le territoire de la Ville de Québec.

Quant au taux de décrochage, il serait de 37% pour une clientèle scolaire provenant du quartier Saint-Roch – Saint-Sauveur d’où l’importance de conserver l’école de proximité et même d’améliorer les services. Le changement de statut ne tiendrait pas compte du fait que 20% des familles de certains quartiers vivent sous le seuil de pauvreté.

Pétition

Des représentantes du comité J’aime Cardi déposeront demain une pétition de 1190 signatures citoyennes aux onze commissaires scolaires de la commission scolaire de la Capitale-Nationale, lors de la prochaine rencontre publique des commissaires lors de la période réservée aux questions du public.

Le document réclame que l’établissement secondaire conserve sa vocation d’école de quartier et souligne que nous avons «à cœur la vision d’une école publique inclusive», et insiste notamment sur «le rôle positif inestimable d’une école dans sa communauté locale, de même que les effets documentés d’une réelle approche école-famille-communauté».

«Cette pétition fait suite à une grande mobilisation citoyenne, où des femmes et des hommes, des parents et enfants se sont impliqués pour leur quartier, pour un milieu de vie riche, comprenant une école de quartier inclusive et répondant en priorité aux besoins des élèves de son bassin. Il y a beaucoup de travail qui a été mis par les parents», soutient Éloïse Gaudreau, animatrice-coordonnatrice au CCCQSS, organisme à l’origine de la mise sur pied du comité J’aime Cardi.

Cours de travaux manuels

Richard Gagné, devenu le seul enseignant du cours de travaux manuels en atelier à l’école Cardinal-Roy, du secteur en adaptation scolaire et en cheminement particulier, a lancé un cri du cœur en exhortant les commissaires à maintenir son cours. Il a déclaré avoir appris qu’advenant une décision favorable à la demande de changement de statut, qu’aucune autre école de la Commission scolaire de la Capitale n’avait l’obligation de proposer son cours.

L’enseignant du cours de travaux manuels en atelier à l’école Cardinal-Roy, Richard Gagné, en a eu long à dire aux commissaires et représentants de comités de parents.

Photo Métro Média – Alain Couillard

Il a vivement dénoncé cette attitude allant jusqu’à déclarer que plusieurs commissaires et comités parents ne connaissaient même pas son programme dans un milieu scolaire où les hommes sont de moins en moins présents. «Lorsque des élèves de cheminement particulier, âgés de 12 à 15 ans, arrivent avec un niveau d’étude variant de la 3e à la 5e année du primaire, vous comprendrez que le chemin peut s’avérer être long pour eux avant de pouvoir s’inscrire, un jour, à un niveau d’étude professionnelle. Dans un milieu où les entreprises recherchent de plus en plus une main-d’œuvre précisément dans les domaines manuels.»

Maintenir l’école de quartier

La députée de Taschereau, Catherine Dorion, note que des enfants du quartier Saint-Sauveur devront traverser des voies rapides de circulation pour aller vers d’autres établissements scolaires advenant le changement de statut de l’école Cardinal-Roy.

D’autre part, des membres du conseil d’établissement ont déjà indiqué que plusieurs parents du quartier inscrivaient déjà leur enfant dans d’autres écoles en l’absence des 3e, 4e et 5e année du secondaire. Sur ce point, la représentante de Québec solidaire réplique qu’enlever le 2e cycle du secondaire n’avait pas été la meilleure décision de la direction scolaire.

Elle a ajouté que le programme sport-art-étude allait engendrer des coûts aux parents et forcer l’élève à conserver des notes moyennes de 80%. «La mixité sociale fait partie de leur formation et le phénomène va s’accentuer avec l’arrivée d’immigrants.» Il est important, pour la députée, de maintenir cette école de proximité aux résidents de proximité en attendant de trouver une solution qui satisferait tout le monde.

Malgré le fait que le conseil des commissaires devra se prononcer sur ce dossier demain 20 novembre, la décision finale reviendra au gouvernement.

:Des manifestants ont démontré leur intérêt pour le maintien du statut de leur école avec cette chaîne humaine.

Photo Métro Média – Alain Couillard

Alain Couillard


Distribution: 46 175 exemplaires. Le territoire desservi par le journal L'Actuel comprend les secteurs de Duberger-Les Saules, Lebourgneuf, Loretteville, Neufchâtel, Saint-Émile, Des Châtels, Val-Bélair, Vanier et Wendake. Pour joindre la rédaction de l’Actuel: 418-840-1472 poste 2228.

Commentaires 0

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Articles en vedette