L’arbitre Maxime Blouin s’envolera en Suède

Pas de frontières pour ce Charlesbourgeois


Publié le 28 juin 2015
La passion de Maxime Blouin le mènera en Suède. (Photo gracieuseté)

SOCCER. Du 13 au 18 juillet aura lieu à Gothenburg en Suède un prestigieux tournoi de soccer de haut niveau, et ce dernier aura une saveur québécoise puisque Maxime Blouin, de Charlesbourg, sera d’office au poste d’arbitre. Il amène avec lui deux autres de la relève qui profiteront de l’expérience.

Blouin a pour fonction d’assigner des officiels et est responsable des arbitres espoirs à l’ARS Québec. Auparavant, il était directeur de l’arbitrage pour le club de soccer de la Haute-Saint-Charles.

On lui a confié un sifflet en 2005 à l’âge de douze ans et impossible depuis de le lui enlever des mains. Pour lui, sa passion n’a pas de frontières. En 2011, il s’envole pour l’Angleterre où il fait la connaissance d’un collègue qui lui parle d’un tournoi au Portugal. Là-bas, un autre confrère vante la renommée de celui à Gothenburg. L’édition 2015 sera la deuxième consécutive où Blouin est invité à participer.

«Il y a près de 1600 équipes qui s’affrontent sur plus de 70 terrains. Pour te dire à quel point c’est un tournoi prestigieux, les organisateurs enregistrent des profits de 30 ou 40 millions par année. C’est toute une expérience, c’est incroyable», dit celui qui compte les jours avant le grand départ.

Un avenir professionnel?

Blouin, un étudiant en communication publique à l’Université Laval à l’emploi des Commandeurs de Lévis, organisation de hockey dans les rangs Midget AAA, rêve également d'une carrière professionnelle. Il espère un jour fouler les gazons verts aux quatre coins de la planète soccer.

«C’est plus difficile de percer en habitant au Canada, mais j’aimerais ça. Je fais partie du programme de développement au Québec. Nous sommes douze et les responsables suivent notre progression de très près. Plus on monte, plus l’entonnoir se ferme, mais au moins, je suis toujours dans l’entonnoir», image-t-il.

Souvent, pour réaliser ses rêves, le chemin parcouru importe peu. La passion et la détermination l’emportent. Si Maxime Blouin continue de jumeler ces éléments, qui sait, peut-être qu’il donnera un carton jaune aux plus grands artistes du ballon rond. Il pourrait suivre les traces de Daniel Belleau, arbitre québécois qui a été choisi en 2012 pour la grande finale de la Major League Soccer (MLS).

Québec Hebdo